Un forum pour améliorer notre relation avec les chevaux par le jeu et le travail
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Pour nos anges, Lola et Emeline...

Partagez | 
 

 Bienfaits et méfaits de l'ail

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
lecat
cheval d'école
cheval d'école
avatar

Féminin Age : 53
Nombre de messages : 1801

Localisation : Villeneuve sur Lot (47)

MessageSujet: Bienfaits et méfaits de l'ail   Dim 28 Fév - 18:05

J'ai inclus le lien de l'article dans "vermifuge naturel....", cependant je trouve important de lui créer un sujet propre, ayant lu à de nombreuses reprises son utilisation par les équitants.

(Fournisseuse de l'article du forum d'Oskarnika sur les plantes)

http://www.animaderm.com/fr/dossiers-pratiques/18/les-bienfaits-et-mefaits-de-l-ail

*****

Les bienfaits et méfaits de l'ail
Posté le : 20 avril 2015

Vermifuge, insectifuge, anti-oxydant … les vertus de l’ail semblent sans fin et sont de plus en plus mises en avant dans les compléments alimentaires. Cependant, bien que naturel, l’ail n’est pas dépourvu d’effets secondaires parfois graves lorsqu’il est utilisé à mauvais escient ou sur de trop longues périodes.. zoom sur cet ingrédient devenu populaire dans nos écuries.

Certains le donnent déshydraté (en copeaux, granulés, en poudre), d’autres frais, écrasé ou tout juste épluché… par affaire de gout (pour le cheval) ou de commodité (pour le soigneur). L’ail est de plus en plus présent, que ce soit dans les fils de discussion sur les forums ou les étalages des boutiques spécialisées. Car à en croire certains, cette petite gousse est un remède miracle contre toutes sortes de maux, 100% naturel qui plus est : Vermifuge, insectifuge, antiseptique, bon pour les voies respiratoires, la circulation sanguine voire contre les cancers, autant de bonnes raisons pour faire adopter à nos chevaux l’un des ingrédients pivots du régime méditerranéen.

Alors, info ou intox ? Animaderm vous propose aujourd’hui un petit tour des bienfaits avérés et idées reçues concernant ce condiment si familier.
L'ail, un remede naturel donc inoffensif ?

Faux !Ce n’est pas parce qu’un produit est naturel qu’il est pour autant sans danger. Comme le dit un vieil adage, c’est la dose qui fait le poison. Et tout le problème est bien de définir cette dose, qui varie en fonction de la plante, de la forme sous laquelle elle est administrée (plante fraiche, huile essentielle, extrait sec, extrait purifié, macérât..), de la nature des principes actifs, de l'espèce cible.. mais aussi de la sensibilité de chacun. Et l’ail n’échappe pas à la règle, loin de là. Du fait de sa concentration élevée en composés sulfurés, l’ail ingéré en trop grande quantité ou sur une longue période peut ainsi provoquer :

- des dommages au niveau du tube digestif: Si les doses d’ail, fraiches ou en poudre, sont élevées et surtout régulières, des lésions au niveau de la muqueuse digestive peuvent être importantes au point de provoquer des ulcères hémorragiques, ainsi qu’une diminution de l’assimilation des nutriments [1,2,3,4].

- des diarrhées

- une anémie: les disulfides contenus dans l'ail (et l'oignon) favorisent l'oxydation de l'hémoglobine au sein des globules rouges, conduisant à une hémolyse (destruction des globules rouges) accrue. Ce phénomène est bien connu et documenté chez le chien, mais cela a également été démontré chez le cheval suite à l’administration de fortes doses d’ail (0.2g d’ail séché/kg de poids vif, soit 100g pour un cheval de 500kg) [5, 6], ou de faibles quantités sur de longues périodes (32mg/kg de poids vif pendant 3 mois, soit 16g pour un cheval de 500kg, ce qui est inférieures aux doses communément préconisées pour l’ail déshydraté) [7]. Dans ce dernier cas, l'anémie se met en place de façon progressive et insidieuse, affectant la santé générale du cheval sans symptômes évidents.

- des problèmes de coagulation: les composés sulfurés de l'ail inhiberaient l'aggrégation plaquettaire et prolongeraient les temps de saignements.

Il est donc fortement déconseillé de donner de l’ail, quelque soit sa forme, en trop grande quantité ou en cure prolongée (supérieure à un mois). Dans tous les cas, l’ail est contre indiqué pour des animaux ayant des problèmes de coagulation ou d’anémie.

Attention aussi aux intéractions avec des traitements médicamenteux.
L’ail, un antibiotique puissant ?

Vrai. En tout cas en usage externe. Attention toutefois aux risques de brûlure ou de réaction allergique en cas d’application sur la peau.
Les propriétés antibactériennes de l’ail sont connues depuis l’antiquité. Louis pasteur démontra ses propriétés antibactériennes en 1858. L’ail fut même utilisé directement sur les plaies comme antiseptique sur les champs de bataille lors de la première et la seconde guerre mondiale, durant laquelle il fut surnommé la pénicilline russe. Cette propriété provient de l’allicine et de ses dérivés [8]. L’allicine est un antibactérien puissant à large spectre, efficace sur les différentes souches de streptocoques, staphylocoques, enterocoques, salmonella et shigella, mais aussi un antifongique (aspergillus, candida..) [9].

Concernant ses effets en interne, il est difficile de répondre, peu d'études cliniques s'étant penchées sur la question. L'allicine est un composé très instable, et il est peu probable que son action antibiotique s'exerce dans l'organisme. En effet, une fois ingérée, l’allicine va rapidement se décomposer en une centaine d’autres composés sulfurés, comme le disulfure d’allyle, le disulfure de diallyle ou encore l’ajoène, en proportions variables, et de ce fait l’allicine n’est pas détectable dans le sang, ou alors que très transitoirement [10, 11].
L’ail, une source intéressante en minéraux et vitamines ?

Pas vraiment, même si par rapport à d'autres aliments, l'ail est relativement riche en vitamines (notamment en vitamines du groupe B et en vitamine C), en minéraux (Sélénium, Fer) et oligo-élements (Calcium, Phosphore). En effet, comme la quantité que l’on consomme généralement n’est de l’ordre que de quelques grammes (une gousse pèse en moyenne 3 g), l’apport final reste insignifiant.
L'ail fait fuir les insectes

Tout dépend du mode de préparation et d’administration (ail frais, séché, en huile, ingéré ou directement appliqué sur la peau), de la dose utilisée et des espèces d’insectes visées.

Appliqué sur la peau, l’ail, frais, en décoction ou en huile, serait un insectifuge efficace contre la plupart des insectes. Il est cependant très volatil et instable (ses principes se dégradent vite) et l'action insectifuge est donc de courte durée. Attention cependant, un usage prolongé peut provoquer des irritations ou des brûlures, voir des réactions allergiques.. et gare à l'odeur, il se pourrait bien qu'il n'y ait pas que les insectes qui soient repoussés !

En revanche, l'ingestion d'ail reste très controversée vis à vis de son efficacité à repousser les insectes. Peu d’études scientifiques se sont penchées sur l’efficacité insectifuge de l'ail ingéré, que ce soit chez l’homme ou l’animal. De façon générale, les résultats sont peu probants.
Restent les témoignages des utilisateurs. Et à vrai dire, les résultats sont dans l’ensemble très moyens (certains voient une différence, d’autres non). D'autre part, attention aux effets indésirables qui peuvent être associés à une consommation régulière d'ail, même à faible dose (anémie, troubles digestifs et de la coagulation).
L'ail, un vermifuge naturel efficace?

Là encore, il est difficile de répondre. Bien que l’ail ait été utilisé depuis des siècles pour vermifuger humain et bétail, cette utilisation reposerait d’avantage sur un savoir empirique que sur des bases scientifiques. S’il est vrai que des résultats positifs ont été obtenus in vitro sur plusieurs espèces de parasites internes [12], les quelques rares publications répertoriées fournissent des résultats plutôt disparates lorsque les expériences ont été transposées in vivo [13, 14]. L'hétérogénéité des protocoles utilisés (durée, dosage, mode de préparation de l'ail) rend d'autre part l'analyse très compliquée.

Quant aux témoignages des utilisateurs, il est difficile de statuer, les infestations avant/après traitement étant difficilement évaluables sans analyses coprologiques. Or, si certains le font après traitement, rare sont ceux qui les réalisent avant pour établir un comparatif. Dans tous les cas, il est préférable de procéder à une analyse des crottins après vermifugation afin de s'assurer de l'efficacité du traitement.
Frais, écrasé, séché, bouilli.. toutes les formes de l'ail se valent

Faux. La teneur et la nature des principes actifs de l'ail vont dépendre d'un grand nombre de facteurs, et vont donc être influencés par les méthodes de préparation et/ou d'extraction.

Les principales formes administrées aux chevaux sont l'ail brut (cru ou écrasé), l'ail séché, en poudre ou en copeaux, et les granules. Mais on trouve également sur le marché de l'huile essentielle d'ail, de l'huile d'ail ou encore des extraits vieillis (AGE).

L’allicine est absente de la gousse intacte, et n’apparait que lorsque la gousse est « agressée » (par exemple écrasée ou coupée), à partir d’un autre composé, inodore et biologiquement inactif, l’alliine (0.5% à 1% des composants de la gousse). C’est ainsi que la plante se défend dans la nature contre les herbivores, les parasites et les insectes ravageurs, car l'allicine est un antiparasitaire puissant et un irritant. L’allicine commence à apparaitre rapidement après l’aggression. Mais Il faut compter quelques minutes (environ une quinzaine à température ambiante) pour qu’une grande partie de l’alliine soit convertie en allicine. D’autre part, l’enzyme responsable de cette conversion, l’aliinase, est très sensible à la température et au pH. Ainsi, la cuisson, sous toute ses formes, de même qu’un pH trop acide (pH<3) inactivent définitivement l’enzyme. La réaction ne peut donc se faire une fois dans l’estomac ou les intestins, ou lors de la cuisson des gousses tout juste écrasées. L’ail séché en poudre ne contiendrait pas d’allicine non plus, mais de l’alliinne. Donner à manger une gousse entière ou de l’ail cuit ou séché tels quels à son cheval ne serait donc pas la meilleure façon pour lui faire profiter de ses bienfaits. Ajouter de l'eau à l'ail séché et attendre quelques minutes avant de le donner à son cheval permettrait à l'allicine de se former.

Références
1- Amagase H, Petesch BL, Matsuura H, Kasuga S, Itakura Y. Intake of garlic and its bioactive components. J Nutr. 2001 Mar;131(3s):955S-62S.
2- Hoshino T, Kashimoto N, Kasuga S. Effects of garlic preparations on the gastrointestinal mucosa. J Nutr. 2001 Mar;131(3s):1109S-13S.
3- Sood DR, Vinod C, Shupa. Effect of garlic (Allium sativum) extract on degree of hydration, fructose, sulphur and phosphorus contents of eye lens and intestinal absorption of nutrients. Indian Journal of Clinical Biochemistry. 2003;18(2):190–196.
4- Omotoso G, Muonagolu J, Enaibe B. Histological evaluation of the jejunum and ileum of rats after administration of high dose garlic aqueous extract. Int J Health Sci (Qassim). 2012 Jun;6(2):135-40.
5- Pearson W, Boermans HJ, Bettger WJ, McBride BW, Lindinger MI. Association of maximum voluntary dietary intake of freeze-dried garlic with Heinz body anemia in horses. Am J Vet Res. 2005 Mar;66(3):457-65.
6- Valle E, Moro E. Padalino B. Garlic effects in the horse: a clinical report. Societa Italiana Veterinari per Equini, Cremona, Italy, Ippologia, 2006, 17, 4, pp 35-39.
7- Saastamoinen MT, Hyyppä S, Särkijärvi S, Ellis AD, Longland AC, Coenen M, Miraglia N. Influence of garlic supplementation on respiratory health and incidence of anaemia in horses. In : The Impact of Nutrition on the Health and Welfare of Horses: 5th European Workshop Equine Nutrition: Cirencester, United Kingdom, 19-22 September 2010. Wageningen Academic Pub, 2010. p. 280.8- Londhe VP, Gavasane AT, Nipate SS, Bandawane DD, Chaudhari PD. Role of garlic (Allium sativum) in various diseases: An overview. J Pharm Res Opin, 2011, 1:129-134.
9- Ilic DP, Nikolic VD, Nikolic LB, Stankovic MZ, Stanojevic LP, Cakic MD. Allicin and related compounds: Biosynthesis, synthesis and pharmacological activity. Facta universitatis-series: Physics, Chemistry and Technology, 2011, vol. 9, no 1, p. 9-20.
10- Lawson LD, Ransom DK, Hughes BG. Inhibition of whole blood platelet-aggregation by compounds in garlic clove extracts and commercial garlic products. Thromb Res.1992 65(2):141-156.
11- Freeman F, Kodera Y. Garlic Chemistry: Stability of S-(2-Propenyl)-2-Propene-1-sulfinothioate (Allicin) in Blood, Solvents, and Simulated Physiological Fluids. J. Agric. Food Chem., 1995, 43 (9) :2332–2338
12- Shalaby HA, Farag TK. Body Surface Changes in Gastrointestinal Helminthes Following in vitro Treatment with Allium sativum Oil. J Veterinar Sci Technolo 2014, 5:1
13- Sutton GA, Haik R. Efficacy of garlic as an anthelmintic in donkeys. Israel Journal of Veterinary Medicine, 1999, 54(1): 23-27
14- Burke JM, Wells A, Casey P, Miller JE. Garlic and papaya lack control over gastrointestinal nematodes in goats and lambs. Vet Parasitol. 2009, 159(2):171-174.



Revenir en haut Aller en bas
mirza
Eléphant du forum
avatar

Féminin Age : 38
Nombre de messages : 6168

Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Bienfaits et méfaits de l'ail   Dim 28 Fév - 21:00

Merci pour ce partage. Je suis très dubitative sur l'usage de l'ail chez les chevaux (bien que je sois méditerranéenne, LOL !). Dans le doute (qui n'est pas vraiment levé ici), je préfère m'abstenir...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ecuries-du-grand-vallat.fr
Napo
Eléphant du forum
avatar

Féminin Age : 47
Nombre de messages : 32541

Localisation : Mèze (34)

MessageSujet: Re: Bienfaits et méfaits de l'ail   Lun 29 Fév - 14:25

Idem : je crois que les quantités à donner pour avoir un véritable effet vermifuge sur un cheval sont très importantes, or moi je ne peux pas donner de quantités importantes, vu qu'Unica a fait des ulcères gastriques et que l'ail n'est pas recommandé dans ce cas...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bienfaits et méfaits de l'ail   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bienfaits et méfaits de l'ail
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bienfaits et méfaits de l'ail
» RCS : Faits divers
» Les premiers bienfaits du stage
» Les méfaits du sucre
» Faits divers...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Equin'éthique :: Leur mode de vie :: Santé générale-
Sauter vers: