Un forum pour améliorer notre relation avec les chevaux par le jeu et le travail
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 CR Nutrition

Aller en bas 
AuteurMessage
joannou
Eléphant du forum
avatar

Féminin Age : 27
Nombre de messages : 9399

Localisation : Isère

MessageSujet: CR Nutrition    Jeu 30 Nov - 11:02

Dimanche c'était journée sur la nutrition avec Catherine Kaeffer de techniques d'élevage, c'était super intéressant Mais aussi compliqué et dense par moment quand on y connait pas grand chose à la base Razz

I/ Composition des aliments:

1.1 Matière sèche :

Un aliment est composé de matière sèche et d'eau. Plus un aliment est riche en eau et moins il est stable dans le temps. La capacité d'ingestion d'un cheval correspond à ce qu'il consomme spontanément, ça dépend du gabarit et de l'âge. Un poulain va consommer beaucoup plus pour la croissance.

La teneur en matière sèche correspond au pourcentage de fourrage (on la calcule en enlevant le pourcentage d'humidité dans l'aliment. Quand le taux d'humidité n'est pas écrit ça tourne autour de 12%.) Il ne faut pas descendre en dessous de 60% pour un cheval adulte.

Exemple de calcul :
Pour calculer la dose journalière on regarde le pourcentage de matière sèche (pour 1kg) et on calcule pour avoir la dose pour remplir la capacité d'ingestion.
Ex : pour un cheval de 500kg d'un besoin de 10kg MS. Il consomme une herbe d'une teneur en MS : 20%. 1Kg d'herbe => 0,20kg MS
Combien de kg d'herbe pour couvrir les 10kg MS ? = (1x10)/0,20 = 50kg.
Pour trouver la quantité d'eau dans les 50kg => 80% eau => (50x80)/100 = 40L.

1.2 Glucides et lipides :

La MS produit de l'énergie avec les glucides (structurels : fibres – non structurels : sucres, amidon) et les lipides. L'UFC (Unité Fourragère Cheval) correspond à l'énergie nette qui sert au cheval après les pertes.
Dans une plante la graine contient l'amidon et le sucre se trouve dans le bas de la plante.
Au maximum il ne faut pas dépasser 200g d'amidon/100kg PV/repas.
Pour les PSSM il leur faut 0% d'amidon (le tourteau de soja en contient 0%. Si l'huile d'une céréale existe ça veut dire que le tourteau de cette céréale existe.) Si on ne peut pas donner plus d'amidon à un cheval il faut augmenter les lipides ou les fibres. S'il y a trop d'amidon ça modifie le pH de l'intestin, ça le « brûle » et le cheval maigri (et donc si on augmente une ration de céréales riches en amidon ça continuera de le faire maigrir il vaut mieux baisser la ration pour qu'il grossisse ! Le pH se sera rééquilibré). Il faut qu'un cheval mâche beaucoup pour produire de la salive qui va protéger l'estomac de l'acidité.

Les lipides correspondent au réserves de la plantes et sont facilement digestibles.

1.3 Protéines:

Il faut respecter un bon rapport protidoénergétique (MADC/UFC) pour chaque cheval. Ce rapport se calcule sur l'alimentation globale (foin, herbe, complément). MADC : Matière Azotée Digestible Cheval
MADC/UFC = 70g pour un adulte à l'entretien et au travail
MADC/UFC = 80g pour une jument en gestation
MADC/UFC = 90g pour une jument en lactation
MADC/UFC = 100g pour un poulain de 1 an
MADC/UFC = 120g pour un poulain de moins d'un an

Les protéines contiennent des acides aminés limitants (qui ne sont pas produits par le cheval), par exemple la lysine. Pour un poulain la lysine est indispensable. La qualité de la protéine dépend de la lysine (plus il y en a mieux c'est).

1.4 Les minéraux :

Le rapport calcium/phosphore de la ration totale (foin/grain etc...) doit être inférieur à 3.
Pour l'entretien, la gestation et la lactation l'idéal est de 1,5
Pour les chevaux aux travail et en croissance l'idéal est de 1,8
Pour les vieux chevaux l'idéal est de 2

Les aliments riches en Ca sont la luzerne, le foin, la pulpe (Rapport pulpe de betterave : 14 => attention à l'apport en calcium !)
Les aliments riches en P sont les céréales, tourteaux, son, pois.
Le phosphore existe sous forme minérale ou phythique mais le cheval n'a pas de phytase est a donc du mal à bien absorber le phosphore « naturel ». Le phosphore minéral peut-être utile s'il existe un gros déséquilibre dans la ration à cause du calcium.

Un cheval en manque de minéraux peut avoir du mal à cicatriser lors d'une dermite par exemple du coup un apport en minéraux bien proportionné peut l'aider.
Les pierres/seaux à minéraux ne sont pas bien, composition pas forcément adaptée à tous les chevaux et on ne peut pas surveiller la consommation. Si un cheval mange trop de sel c'est qu'il y a quelque chose qui ne va pas. Cela peut être dû à une carence antérieure, il faut surveiller si la consommation diminue à un moment. Cela peut aussi être dû à des ulcères.

1.5 Les oligo-éléments :

Si le cheval est en PP strict sans accès à l'herbe il sera forcément en carence s'il n'est pas complémenté en minéraux et vitamines. Les CMV sont à donner toute l'année. Il existe des carences primaires (le cheval n'a pas assez d'apport d'un oligo-élément et/ou il l'assimile mal) et des carences secondaires (un excès de zinc peut entraîner une carence en cuivre par exemple).

Le rapport Cuivre/Zinc doit être entre 0,15 et 0,4.
Sauf cas particulier chez les chevaux en France il n'y a pas de carence en fer mais il faut faire attention aux excès ! Quand un cheval est anémié c'est très souvent une carence en cuivre. Les prairies en France sont à 98% carencées en cuivre (sauf anciennes terres à vignes). Le cheval est très tolérant à l'excès de cuivre.
Carence en sélénium : dépend du sol (en montagne très souvent en carence). Une hausse de lipide peut entraîner une carence en sélénium. Il faut faire très attention aux excès de sélenium (7 à 8 fois la dose du besoin) => désabottage ! Mais le sélénium est indispensable pour la pousse des os, muscles etc...
Carence en iode si les prés sont loin de la mer. Les produits à base d'algues : faire attention à l'excès d'iode ! Le cheval est très sensible à l'iode. La spiruline ne contient pas d'iode.

PSSM : pas forcément besoin de complémenter en sélénium, il faut juste qu'il ne soit pas en carence. Par contre c'est intéressant de le complémenter en vitamine E (pas de risque d'excès) pour son rôle d'anti oxydation.

Lorsque l'on commence à donner des minéraux à des chevaux très carencés l'organisme retrouve soudainement tout ce qu'il lui faut du coup il se relance à fond pour rattraper le retard et retombe en carence (consomme directement ce qu'on lui donne). Il ne faut pas augmenter les apports mais continuer comme ça pendant sa croissance et après réajuster les apports en minéraux.
Les CMV son calculés en dernier quand on a regardé toute la ration.

Si un cheval a une corne qui ne pousse plus il a sûrement une carence en zinc ou en cuivre.
Biotine : il s'agit surtout d'un apport en cuivre et zinc, c'est cher et très vendeur alors qu'il faut d'abord essayer de donner des compléments pour enlever la carence. Si après ça le cheval a toujours du mal à produire de la corne on peut donner de la biotine mais pour que ce soit efficace il faut faire une cure de 6 à 10 mois à raison de 10 à 30mg/j.

1.6 Les vitamines:

Vitamine D : métabolisme phospho-calcique. Faire attention au risque d'excès.
Vitamine A : vision et système endocrinien (peu de risque d'excès)
Vitamine B et PP : besoins à l'entretien assurés par les bactéries intestinales.
B1, B2 et B5 : métabolisme glucidique aérobie
B9 : acides aminés et homocystéine
B12 : formation des globules rouges
Vitamines E : antioxydant à mettre en lien avec le sélénium (peu de risque d'excès)

On ne connaît pas vraiment les besoins en vitamines des chevaux.

III/ Exemple de calcul avec les tables et de besoins selon les chevaux :

Les tableaux de bases sont faits pour des chevaux dont la croissance s'est bien passée. Vers 3 ou 4 ans on considère que les besoins du cheval sont les mêmes que pour un cheval adulte (s'il n'a pas eu de manque pendant sa croissance). Pour un cheval qui a eu des manques il peut rattraper son retard de croissance plus tard mais ça tire beaucoup ! Pour nos chevaux vu leur activité il faut se baser sur les besoins d'un cheval au repos.

Cas d'un jeune cheval en croissance et au travail :
Pour calculer par ex le besoin en UFC d'un jeune cheval en croissance il faut voir le nombre d'UFC en croissance, en entretien et au travail. Par exemple : UFC croissance : 6,5, UFC entretien : 4,5 et UFC travail 7,8 : On fait travail léger – entretien = 3,3. Puis on fait croissance + 3,3 = 8,8 UFC.

Un poulain de trait en croissance a de gros besoins car à 3 ans il a quasi le poids adulte donc poussée rapide ++.
Poulain sevré à 1an : très bien s'il pique dans la ration de sa mère, il faut ensuite continuer avec des compléments. Le poulain n'aura pas de stress alimentaire au sevrage dans ces cas là car le tube digestif est prêt.
Pour une jument qui fait un poulain tous les ans, au bout des 6 mois du poulain ça commence à beaucoup tirer. Les besoins en aliments/minéraux etc... Changent tous les mois pour une jument en gestation/lactation.

Les besoins énergétiques d'un poney sont inférieurs de 16% par rapport à celui d'un cheval. Ceux d'un âne sont inférieurs à 20%.

Les chevaux de traits ont une capacité d'ingestion très importante, il leur faut beaucoup de volume.

II/ Les différents types de digestion :

Il existe 2 types de digestion, l'enzymatique et la microbienne. La cellulose est digérée par le cheval grâce à la digestion microbienne (grâce aux bactéries). Le poulain naît sans immunité et donc sans digestion microbienne. Celle-ci n'est complète qu'à partir de 18 mois (Avant ils ont du mal à digérer trop de matières sèches.). Plus un aliment est riche en cellulose et moins il est digestible. Il faut toujours prévoir une transition d'au moins une 10 aine de jours quand on change d'aliment pour que le corps ait le temps de s'habituer, surtout si l'aliment n'est pas digéré de la même façon.
L'amidon et les sucres sont digérés grâce aux enzymes.

III/ Foin et pâtures :

Foin : regarder sa couleur, s'il a des épis. Plus il y a de feuilles dans un foin et plus il est riche en protéines.
Prendre une poignée et la serrer : si ça pique le foin est plus riche en cellulose.
Le foin perd en vitamine au cours des années de stockage. Quand le foin jaunit au stockage on peut supposer qu'il a perdu en vitamine A (le temps de perte en chlorophylle est similaire au temps de perte en vitamine A)
Si un foin est marron au milieu d'un gros rouleau mais qu'il sent bon il n'y aucun risque pour les chevaux. Il est très appétant mais les protéines sont de moins bonnes qualités.

Enphysème : purificateur de foin, le mouiller ne marche pas. Ou donner de l'enrubanné.

Épiaison qu'une fois par an. Les réserves montent dans l'épi. Avant l'épi les réserves sont à la base de la plante. Si la plante est pâturée trop bas elle va mal repousser.

Si on a un cheval sensible au fructane il faut le mettre dans un pré qui a déjà épié car l'herbe n'a plus de réserve. Le foin doit être épié. Il faut faire attention au pâturage en hiver. Les jours où ça gèle le matin puis soleil + chaud l'aprem l'herbe est très riche en sucre ! La plante ne pousse pas mais elle stocke tout pour le printemps.

Lorsque l'on fait des rotations de parcelles il faut laisser les chevaux environ 4/5j dans une parcelle afin d'éviter que les chevaux mangent la nouvelle pousse de l'herbe qu'ils viennent de manger.

Temps de repos d'une parcelle dans l'hiver : 5/6 mois / automne : 5 semaines / printemps : 3 semaines.

IV/ Autre :

Les graines de lin sont toxiques à haute dose il ne faut pas en donner plus d'une poignée/jour si ce n'est pas cuit.
Les céréales germées ne sont pas nécessaires pour un cheval vivant au pré car il trouve déjà tout ça au pré. Ça va être utile pour des chevaux qui ne peuvent pas avoir accès à l'herbe par exemple ou un cheval malade qui ne mange pas beaucoup.
Mélasse : elle sert à faire tenir les granulés. Un léger apport en mélasse ne pose pas de problème à un cheval qui n'a pas de problème métabolique.
Ration plus concentrée, problème densité énergétique (trop de fourrage/herbe) = pour Didi gros ventre (trop d'ingestibilité). Rapport nb de kg MS pour faire une UFC pas bon par rapport au besoin du cheval
Carences minérales : le cheval ne stock pas. (mais à voir après avoir changé la ration) Un cheval mange jusqu'à ce que son apport de nutriment dans le sang soit atteint donc il peut manger plus que ce qu'il peut digérer.
Pour faire passer un médoc le son est très appétant c'est pratique.
Revenir en haut Aller en bas
 
CR Nutrition
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Equin'éthique :: Autour du cheval :: Comptes rendus d'événements-
Sauter vers: