Un forum pour améliorer notre relation avec les chevaux par le jeu et le travail
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Dessins de Noël !!! saison 2016 c'est parti !!!! Vous avez jusqu'à dimanche 6 novembre pour vous inscrire RDV dans le blabla

Partagez | 
 

 Nourrir son cheval avec 0,5l de céréales

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Doubi
cheval actif
cheval actif


Féminin Age : 28
Nombre de messages : 1061

Localisation : namur

MessageSujet: Nourrir son cheval avec 0,5l de céréales   Mar 4 Aoû - 19:19

Avant de complémenter ou non, il faut savoir si le cheval est en "état". Donc si il a besoin d'être complémenté.

De nos jours, les chevaux considérés comme en état sont souvent des animaux trop gras, suralimentés par rapport au travail effectué. Cette surcharge adipeuse est alors là en permanence, les handicapant. "Il vaut mieux faire envie que pitié" dit le dicton mais quand plaindrons nous les chevaux obèses ?

Beaucoup de chevaux sont nourris avec des aliments industriels compactés, très riches en énergie fabriqués à partir d'aliments dénaturés par tous les traitements qu'on leur fait subir et surtout auxquels on additionne des appétents qui trompe le cheval sur la réelle valeur nutritive. Certains chevaux vont grossir exagérément par stockage d'éléments superflus, d'autres maigrir par défaut d'assimilation, les uns comme les autres sont victimes de carences multiples.

Les chevaux en général ne doivent pas être gras. Il faut voir l'ondulation des côtes. Pourquoi ? Car cela signifiera l'absence de graisse superficielle (celle stockée sous la peau) mais pas l'absence de graisse interne (autour des organes comme le cœur). C'est cette graisse interne qui est la plus dangereuse. Logiquement, une alimentation excédentaire et la boulimie devraient toujours aboutir à l'obésité mais certains chevaux ne sont jamais en état malgré des rations monstres et au contraire deviennent de plus en plus maigre en mangeant comme 4.

Souvent dans ces moments là on dégaine les vermifuges et on grossit encore la ration. L'excès de concentré que ça provoque et la destruction des flores symbiotes accentuent le dysfonctionnement des organes d'assimilation et d'élimination ce qui souvent fait encore plus maigrir.

D'abord qu'est-ce qu'être maigre ? Être maigre signifie qu'il y a absence totale de graisse ... visible.

Rappelons quelques faits importants de diététique équine :

- Le cheval doit mâcher ses aliments. Selon le Dr Ancelet, il a un nombre défini de "coups de dents quotidien" à donner qui correspond à 12h d'ingestion d'aliments grossiers. Le tout tant pour user ses dents que pour garder un système digestif plein.
- Un cheval doit marcher pour bien digérer car la fibre (son aliment de base) doit parcourir 20 mètres d'intestin avant de pouvoir être digérée.
- Le transit complet dure 48h.
- Les céréales pour l'homme sont des sucres lents alors que pour le cheval (amateur de fourrages grossiers) ce sont des sucres rapides qui surmène le pancréas.
- Une flore détruite met 18 mois à se reconstruire.

De nos jours, on privilégie la digestion chimique de l'amidon dans l'intestin grêle ce qui va à l'encontre de la nature même du cheval et ce qui occasionne un vieillissement prématuré de l'organisme. Parfois on considère même que le cheval n'a pas besoin de fibre. Mais reparlons de l'amidon des céréales, le cheval n'est pas capable de digérer plus de 0,4% de son poids vif par 24h (et ce dans le cas d'un cheval particulièrement sportif) et ce quelque soit le nombre de repas. Pourquoi ? Tout simplement car l'amylase (enzyme pancréatique) qui est chargée de découper l'amidon en sucres plus simples (glucose) est alors produite à son maximum.

Donner plus revient à mettre le cheval en surcharge métabolique. Comment ? L'amidon non digéré dans l'intestin grêle va passer dans le cæcum et le gros intestin dont il perturbe souvent gravement les fonctions microbiennes (origine de troubles ostéo-articulaires, respiratoires, cutanés et du surparasitisme).

Normalement seules les fibres composés de cellulose devraient parvenir dans la seconde partie de l'intestin (cæcum). Certes les bactéries vont s'adapter ce qui n'est pas trop grave dans le cas d'un apport ponctuel et exceptionnel mais dans le cas d'un apport régulier voire d'une surcharge d'amidon, des fermentations et des putréfactions apparaissent avec productions de gaz qui dilatent le caecum (douloureux). Ma muqueuse intestinale est irritée et prédispose à la fourbure (toxines passant dans le sang). Ca peut même aller jusqu'à provoquer des boiteries !!!

L'apport de concentrés industriels, de substrats alimentaires, excédentaires, inutiles, inadaptés, inassimilables, pollués, dévitalisés, toxiques, encrasse l'organisme, accélère le vieillissement, perturbe profondément les flores, qui évoluent alors vers la prédominance de formes pathogènes, ou permettent l'installation de germes extérieurs inhabituels et producteurs de toxines.

Bon tout ça c'est très bien mais comment nourrir son cheval alors ? Tout d'abord la diététique équine n'est pas une science exacte et le cheval qu'elle décrit n'existe pas tout simplement parce que tous les chevaux sont différents.

Comment être sûr de bien nourrir ? Tout simplement en privilégiant un principe :

- Varier l'apport de base et donc les aliments.

Pourquoi ?

Car nourrir son cheval demande une bonne connaissance de l'espèce, de la race, de l'individu et de ses particularités, ses points faibles et forts, un sens aigu de l'observation, mais aussi une bonne part de feeling dans l'ajustement quotidien de la ration. La diététique est le fondement de cet équilibre fluctuant et donc la clé de la santé (tant préventive que curative). Les erreurs diététiques sont donc le premier pas vers la maladie, par encrassement et surcharge des fonctions de digestion, d'assimilation et d'épuration et donc fragilisation des délicats mécanismes régulateurs. Nourrir mal participe à l'effondrement immunitaire.

Petite conclusion les clés de la santé du cheval moderne :

Quoi ?

Une alimentation traditionnelle constituée de nutriments variés, non traités et peu transformés. Toute transition alimentaire doit progressive étalée sur plusieurs semaines, afin de permettre la réadaptation des flores malmenées accompagnée de cures régulières associant :
- drainage (élimination des déchets du métabolisme cellulaire et des xénobiotiques l'élimination doit précéder toute assimilation.)
- oligo-éléments (nutrition cellulaire, lubrification métabolique)
- Probiotiques (nutrition des flores symbiotes avec des levures vivantes)

Si son mode de vie n'induit pas de névroses, le cheval retrouve très vite l'arrêt instinctif donc laissez rênes longues, observez et adaptez en fonction des besoins individuels

Dehors : un besoin de mouvement, d'espace où il peut "se nourrir".

Dedans : les fibres,
les céréales (ne dépassant pas 0,4% du poids vif et de préférence germées),
les fruits et légumes apportent une eau biologiquement irremplaçable.

Si vous avez des questions ?
Revenir en haut Aller en bas
http://natureequine.wordpress.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nourrir son cheval avec 0,5l de céréales   Mer 5 Aoû - 0:53


il faut vraimment que je me penche de plus pret là dessus...meme si dans l'ensemble je suis plutot dans les clous...
Revenir en haut Aller en bas
Doubi
cheval actif
cheval actif


Féminin Age : 28
Nombre de messages : 1061

Localisation : namur

MessageSujet: Re: Nourrir son cheval avec 0,5l de céréales   Mer 5 Aoû - 10:09

Ben moi j'attends les questions. bounce
Revenir en haut Aller en bas
http://natureequine.wordpress.com/
Admin
Admin-éthique


Féminin Nombre de messages : 13229


MessageSujet: Re: Nourrir son cheval avec 0,5l de céréales   Mer 5 Aoû - 14:02

Doubi a écrit:
- Les céréales pour l'homme sont des sucres lents alors que pour le cheval (amateur de fourrages grossiers) ce sont des sucres rapides qui surmène le pancréas.
Peux-tu détailler stp? Si j'ai bonne mémoire dans les céréales il y a du maltose et de l'amidon.
Maltose : sucre rapide ok
Amidon : encore trop simple pour être considéré comme sucre lent pour le cheval? pourquoi?

Doubi a écrit:
Si son mode de vie n'induit pas de névroses, le cheval retrouve très vite l'arrêt instinctif donc laissez rênes longues, observez et adaptez en fonction des besoins individuels
Je n'ai pas compris cette phrase "arret instinctif"? quel rapport avec les renes longues?

Quelle est la valeur ajoutée d'une céréale germée?

-> accepterais-tu que ce soit mis en ligne sur le site? c'est tellement passionnant de te lire...
Revenir en haut Aller en bas
Doubi
cheval actif
cheval actif


Féminin Age : 28
Nombre de messages : 1061

Localisation : namur

MessageSujet: Re: Nourrir son cheval avec 0,5l de céréales   Mer 5 Aoû - 16:15

Oui bien sûr tu peux le mettre en ligne sur le site. De toute façon, tous ces principes se retrouvent sur mon blog et dans le futur webzine donc autant en faire profiter un maximum de personnes.

Sinon l'amidon est un sucre complexe qui est le composant quasi essentiel des céréales. Il nécessite une digestion chimique (or le cheval est limité pour celle -ci car il privilégie une digestion microbienne ultra performante) dans l'intestin grêle avec les éléments "nobles" (sucre simple, amidon {=glucides} matière grasse {lipides} matières azotées des légumineuses {protides} minéraux,vitamines et oligo-éléments). Il se passe un découpage des lipides, glucides, protides pour qu'ils puissent passer la muqueuse intestinale et ce grâce à l'action des sucs, enzymes issu du foie, du pancréas et de la muqueuse intestinale. Pour le cheval, un sucre lent c'est tout ce qui est fibreux et qui ne sera digéré qu'en fin de parcours par une digestion microbienne et devra subir des transformations avant de pouvoir être utilisés. Nous on n'est plus capable de digérer la fibre, le cheval est un expert en la matière.

L'arrêt instinctif est la capacité qu'à le cheval à s'arrêter lorsque tous ses quotas sont atteints (vitamines, oligo, ...). Le problème c'est que celui-ci ne fonctionne pas avec les aliments transformés (industriels). En effet, il faut comprendre que l'ingestion d'un aliment naturel (donc non transformés de quelque façon que ce soit) est guidée par un besoin. Et une fois celui ci satisfait ça se traduit par un STOP (=arrêt instinctif) impossible à transgresser mais qui est variable d'un animal à un autre et même d'un moment à un autre. C'est ce besoin qui fait que l'aliment est BON ou pas (exemple de l'absinthe qui est toxique pour les chevaux au delà d'une certaine dose mais qui est parfois utilisée pour vermifuger car elle a une très forte action).

Les femmes qui ont été enceintes connaissent bien ça apparemment (selon les dires d'une amie enceinte, manger un aliment dont on ressent le besoin apporte un plaisir immense jusqu'à ce qu'on n'en ai plus besoin on a alors une diminution du plaisir qui conduit bien souvent à l'arrêt).

Mais comme je le disais celui-ci fonctionne pas ou mal avec les aliments transformés (coupés, déshydratés, cuits, ...) tout simplement parce qu'ils sont sortis de leur contexte (la terre) et donc deviennent artificiels ce qui est le cas pour quasi tous les aliments actuellement et provoque des comportements tel que la boulimie qui peuvent conduire à des problèmes plus sérieux. On a l'impression qu'ils sont bon pour nous et on ne mange plus que pour se nourrir mais aussi pour le plaisir ou pour se rassurer ce qui entraine le problème de l'ingestion qui ne s'arrête plus et ce qui est BON dans la bouche sera peut être mauvais dès la déglutition.

Le fait de partir promener et de laisser le cheval manger les végétaux (ça peut être des plantes, des arbres, de la terre, ...) en contact avec la terre et donc par là naturels (attention que l'herbe de nos prairies que nous traitons à outrance n'en fait pas partie) aident à la remise en place de cet arrêt instinctif. Ce qui est tout bénéfice pour nous car alors le cheval sera capable de se gérer.

Pour ça j'ai un exemple tout beau :

Quand j'ai acheté ma jument, elle venait d'une vie sauvage dans une prairie abandonnée donc toutes les conditions pour un bon arrêt instinctif.
Je l'ai mise en prairie dans un mini pré qu'il fallait engraisser fréquemment pour avoir un peu d'herbe. En une semaine, elle a pris pas mal de kilos (pas de ballades gustatives à ce moment là). Même en hiver malgré pas de ration de céréales et pas d'herbe, il était impossible de la faire maigrir et elle enchainait ballonnements sur ballonnements. Au bout d'un an, elle était très proche de la fourbure.
J'ai déménagé et je l'ai mise dans une prairie de 2 hectares bordées d'aubépine (excellent préventif de la fourbure car aide à la circulation sanguine donc empêche l'accumulation de toxines dans le pied) et plein de pissenlits (draineur efficace) en plus d'une multitude d'autres plantes car le propriétaire trop paresseux se refusait à mettre le moindre engrais dessus. Nous avons aussi commencé les ballades gustatives. un mois après, elle avait bien maigri et ne ressemblait plus à une montgolfière. Ce qui à l'époque n'était pas peu dire. Razz

Céréales germées maintenant.

Lui appelle ça le miracle de la germination. Le miracle car la germination est un processus naturel par lequel le germe (qui est en chaque graine puisque que c'est le but de l'existence de la graine) se développe pour donner naissance à un nouvel individu végétal (et par là rendre le grain vivant donc aliment naturel puisqu'en lien avec la terre donc reconnaissable pour l'arrêt instinctif).

Pour cela, les composants initiaux du grain vont subir des remaniements qu'on peut classer en 2 types :

- Simplification de matériaux
- Réveil des principes vitaux

1. La simplification

C'est la mise à disposition d'une énergie jusque là potentielle, retenue (un peu comme une fin d'hibernation).
L'amidon se transforme en sucres plus simples et solubles (ex: maltose et dextrine) prêt à fournir l'énergie nécessaire.
Les protéines (ex: gluten) sont décomposées par des protéases, avec apparition d'acides aminés solubles qui participeront à la synthèse des protéines plus tard. Pour l'animal, ça permet une économie d'énergie digestives assez conséquentes et en plus, elle seront utiles pour la fixation des vitamines qui seront alors directement assimilables par l'organisme.
Les graisses mettent en activité les stéarines (qui permettent l'utilisation des rayons du soleil).
Les éléments tels que potassium, phosphore et magnésium sont plus disponibles grâce à une organisation moléculaire plus active.

Quels bénéfices pour le cheval ?

- Tout d'abord une pré digestion qui favorise l'assimilation grâce aux enzymes qui sont passées de pro enzymes (en sommeil) à l'état d'enzyme (active).
- Les taux de vitamines augmentent de 50% pour les vitamines B1 et B2; de 100% pour la B6 (pyridoxine), les biotines (H), la nicotinamine (PP) et l'acide panthoténique. La teneur en vitamine C double lorsque le germe atteint 14mm de long. De même pour les vitamines E (antioxydantes).

Quelques chiffres (en %) :
Orge grain :
Matière minérale = 2,39
Matière cellulosique brute = 5,50
Matière protéique brute = 12,12
Matière grasse = 0,77

Orge germée :
Matière minérale = 3,25
Matière cellulosique brute = 12,80
Matière protéique brute = 14,80
Matière grasse = 2,15

Qu'est-ce que ça apporte concrètement ?

Comme ses composants sont très assimilables, on a une économie de l'énergie digestive du cheval. Ce qui conduit à l'amélioration de l'état général (drainage toxinique et stimulation organique), amélioration du comportement, diminution de l'excitabilité, augmentation du tonus, corne/poil plus robustes et plus abondants (surtout avec de la graine de tournesol), augmentation de la production de lait, amélioration de la fertilité et allongement de la durée de procréation.
De plus, et ce n'est pas négligeable, on a une sérieuse économie sur les plans des frais médicaux et alimentaire.

Combien en donner par jour ?

Ne jamais dépasser 500gr de grain germé par cheval et par jour. Pourquoi ?

Sur le plan quantitatif, 2 kilos de grain germé = 4 kilos de grain non germé.
Sur le plan qualitatif, il est infiniment plus énergétique que le grain sec (mort, un germe endormi entouré d'une réserve d'amidon). Le grain en germination, lui, est doté d'une grande vitalité, ce qui en fait un puissant stimulant des flores symbiotes et un puissant activateur métabolique. Il est doté d'un très grand pouvoir de catalyse ce qui fait que si donné trop longtemps et en trop grande quantité, il devient dérangeant.

Quels grains faire germer ?

L'orge et l'avoine.
Le mais est très difficile à faire germer.
Le blé (et tous les hybrides {épeautre}) sont à bannir car très allergisants.

Voilà en gros.
Revenir en haut Aller en bas
http://natureequine.wordpress.com/
Admin
Admin-éthique


Féminin Nombre de messages : 13229


MessageSujet: Re: Nourrir son cheval avec 0,5l de céréales   Jeu 6 Aoû - 8:51

merci infiniment pour toutes ces précisions, c'est très clair!
Revenir en haut Aller en bas
Doubi
cheval actif
cheval actif


Féminin Age : 28
Nombre de messages : 1061

Localisation : namur

MessageSujet: Re: Nourrir son cheval avec 0,5l de céréales   Dim 30 Aoû - 14:43

Une suite encore (posté sur un autre forum mais je suis sure que ça va intéresser Zazette) :

Le gros et le maigre,
être ou ne pas être "en état".

Quelle que soit la manière dont on la conçoit, la santé s'accompagne d'une apparence physique qu'il est possible d'apprécier , et l'état d'embonpoint en est un élément essentiel.

Toutefois il est trop souvent le seul pris en compte, et faire la part des choses n'est pas facile. Toute perte d'état, même relative est le sujet de vive inquiétude, tandis que l'abondance rassure même si elle s'accompagne d'une évidente souffrance physiologique.

Il convient donc de savoir comment se constituent et à quoi servent les graisses corporelles.

Le tissu adipeux provient de la mise en réserve des glucides et des lipides non immédiatement utilisés dans le métabolisme énergétique.

Il s'agit donc d'un excédent qui va se loger d'abord dans l'abdomen, autour des reins, puis autour du coeur, enfin sous la peau où il devient visible. Les graisses sous-cutanées sont courantes et physiologiques chez l'homme (jusqu'à un certain point) et chez les mammifères marins vivants dans des eaux très froide (la graisse tient chaud et aide à la flottaison). Il est facile d'observer qu'un cheval même très enrobé n'a jamais les membres ou le "visage" gras. En-dehors des hibernants, les graisses superficielles sont en fait exceptionnelles chez les mammifères terrestres, raison pour laquelle leur peau est facile à décoller des muscles sous-jacents. Ceux qui vivent dans des régions froides sont plus souvent isolés par leur fourrure que par leur graisse.
Dès lors, déterminer à quel moment un cheval n'est plus en état nécessite un élément de référence. Qu'en est-il chez les chevaux libres ?

Dans un écosystème donné, il existe en principe une adéquation entre la disponibilité alimentaire et les besoins des espèces présentes, sinon il n'y aurait pas de survie possible.
LA mobilité implique une forte dépense énergétique, laquelle à la fois permet et motive la quète alimentaire. Plus l'animal est actif, plus le besoin énergétique est important. Chez les herbivores qui bougent et mangent en permanence, l'énergie est en principe utilisée au fur et à mesure. Selon la saison, les chevaux sont tantôt plutôt gras,tantôt plutôt maigres, mais l'embonpoint est chez toujours très relatif et transitoire. Trimballer en permanence d'importantes réserves de graisses serait un handicap pour ces animaux très mobiles, confrontés régulièrement à la nécessité d'une fuite rapide (prédation), et surtout par temps chaud (la graisse isole et freine la thermolyse). L'obésité est donc exceptionnelle, contrairement à la vraie maigreur qui est signe d'une pénurie sévère en ressources alimentaires.

L'embonpoint dépend aussi de l'état physiologique. ... Enfin, au niveau de l'individu il existe des tendances à être gras ou maigre indépendamment de la race ou de l'alimentation, et c'est alors une question de constitution (aspect physiologique) et d'équilibre endocrinien (aspect physiopathologique).

...

La nature des aliments distribués n'est pas étrangères à cette situation. Beaucoup de chevaux consomment sans discrimination possible un aliment "standard", compacté, très riche en énergie, fabriqué à partir d'un mélange de végétaux plus ou moins dénaturés par les traitements subis. L'aliment industriel trompe l'instinct animal par une "appétence" obtenue artificiellement , sans relation avec la valeur nutritive.

Le cheval maintenu en situation anxiogène ne mange plus pour vivre, il vit pour manger, pour passer le temps, pour dissiper ses tensions, en quête permanente d'une résonance avec un univers végétal définitivement hors de porté. Certains vont grossir exagérément par stockage d'éléments superflu (pour s'isoler du monde), d'autres maigrir par défaut d'assimilation, les uns comme les autres victimes de carences multiples.

En résumé, les chevaux en général et surtout les chevaux de sport ne doivent jamais être gras. Logiquement, une alimentation excédentaire et la boulimie devraient toujours aboutir à l'obésité. Pourtant certains chevaux surnourris ne sont jamais en état, voire évoluent vers une maigreur alarmante malgré un appétit d'ogre.

Exemple : des pur sang qui mangent 15 à 20 litres d'avoine par jour, du foin (un peu) et dévorent leur paille ?
Nous avons vu qu'il y a une question de constitution, d'équilibre neuro-endocrinien, donc d'une prédisposition génétique. De ces constitutions différentes, liées notamment à la sélection, découlent à l'évidence des besoins différents, mais aussi des pathologies variées à l'excès et par défaut. En règle générale, deviner les côtes, fait dégainer les vermifuges et augmenter les rations, ce qui ne fait qu'aggraver la situation. L'excès de concentrés et la destruction des flores symbiotes accentuent le dysfonctionnement des organes d'assimilation et d'élimination, avec une évolution rapide vers une maigreur réellement pathologique.

Qu'est-ce donc la maigreur ?
Trop souvent, ce qualificatif résulte d'un jugement subjectif sur sans aucun rapport avec l'état de santé du sujet concerné.
La définition la plus simple est l'absence totale de graisse ... visible.

Quand elle devient pathologique, la maigreur s'accompagne toujours d'autres symptômes, et comprendre pourquoi tel cheval maigrit, brusquement ou progressivement, pourquoi tel autre n'est jamais en état, fait intervenir un grand nombre de paramètres.

La santé d'un cheval n'est pas qu'une question d'embonpoint, mais découle d'une appréciation globale d'une relation sans tension ni souffrance avec l'environnement. Chaque cheval doit être son propre témoin, car si l'état idéal est variable selon les sujets, il s'accompagne toujours d'une joie de vivre qu'il est possible d'apprécier objectivement.

LE cheval maigre, ou jugé tel, peut être en parfaite santé, ce qui se traduit par un bon tonus, un poil brillant et soyeux, une peau souple, une muqueuse oculaire rose franc, l'absence de troubles fonctionnels ou comportementaux. Il fournit sans souffrir l'effort qu'on lui demande, sans précipitations ni séquelles. L'appétit est régulier, sans boulimie, ni pica. Il souffre pas de troubles digestifs chroniques (abbatement, oeil jaune, baillements, flatulences, constipation ou diarrhée,...) de dorsalgies, de douleurs musculaires ou ostéo articulaires. Reste à accepter et mettre en oeuvre les conditions qui conduisent à cet idéal.

Nous savons situées les limites physiologiques d'assimilation de l'amidon. En excès certains vont en effet grossir (la graisse est aussi un moyen de stocker les toxines qui ne peuvent plus être éliminées), mais d'autres vont se mettre à maigrir par surcharge puis décompensation des fonctions digestives. C'est le syndrome du cheval qui maigrit tout en mangeant bien, dont la muqueuse intestinale est brûlée par les fermentations et les putréfactions, dont le foie, le pancréas, les reins ne peuvent plus assurer la gestion des stocks et l'élimination des déchets. Ceux-là tombent dans le cercle vicieux des rations toujours plus abondantes et des vermifugations de plus en plus fréquentes qui parachèvent l'intoxication et l'épuisement des émonctoires naturels. D'autres voies d'élimination s'ouvrent alors, essentiellement cutanées, respiratoires et ostéo-articulaires chez le cheval. C'est le drame du "Pur" toujours à découvert sur le plan énergétique, condamné à brûler plus qu'il ne peut assimiler, donc sujet à un vieillissement prématuré par épuisement des capacités neuro-endocriniennes.

En cas de pathologies, l'amaigrissement peut être très rapide et surtout, il n'est jamais un signe isolé. La douleur, le stress, le surparasitisme, toutes les affections chroniques ou récidivantes (boiteries, fourbures; piroplasmose, leptospirose, toux et emphysème, ...) épuisent l'organisme et sont des facteurs d'amaigrissement. Mais le surmenage et la suralimentation affaiblissent aussi les défenses, et il y a dès lors une grande sensibilité au parasitisme, aux affections virales ou bactériennes récidivantes, aux dégénérescences ostéo articulaires. L'erreur éthologique et/ou diététique est toujours en amont de toute manifestation pathologique attribué à une rupture d'immunité, à un microbe ou à un parasite.

La maigreur pathologique peut s'accompagner de nervosisme ou au contraire d'un manque d'entrain en liberté ou à l'effort, d'un ventre balloné ou remonté, tendu, douloureux, de diarrhée ou de constipation, de troubles respiratoires chroniques. Le poil est erne, sec, décoloré, la peau sèche, la muqueuse oculaire congestionnée ou ictérique (coloré en jaune par la bilirubine).

Un cheval qui présente ces symptômes doit être mis au repos, avec allègrement conséquent des rations concentrées qu'il n'assimile plus et qui surchargent ses émonctoires. Il faut tenir compte des facteurs émotionnels tels que transplantation, séparation, deuil, inadaptation à un nouveau contexte. Il y a lieu de faire contrôler les dents et le niveau d'infestation parasitaire, de réaliser un examen clinique complet, éventuellement de faire un bilan sanguin pour juger des modifications de la formule sanguine et de la fonction hépatorénale. Un animal très parasité est TOUJOURS un animal désadapté, carencéet/ou intoxiqué, dont les défenses sont effondrées. La vermifugation ne doit pas être toxique, et être accompagnée d'un drainage et d'un apport d'oligo-éléments.

Issus de Hippothèses, se nourrir ... Être nourri ... D'Eric Ancelet (docteur vétérinaire)
Revenir en haut Aller en bas
http://natureequine.wordpress.com/
Diabolo
cheval d'école
cheval d'école


Féminin Age : 28
Nombre de messages : 1901

Localisation : Yvelines - Chevreuse

MessageSujet: Re: Nourrir son cheval avec 0,5l de céréales   Dim 30 Aoû - 21:10

C'est super intéressant tout ça Doubi ! Mais moi par exemple, je ne complète pas mes chevaux, autant Pony que Diabolo sont à l'herbe et au foin toute l'année. C'est bien ou pas ? Ils ont une pierre à sel, et je leur donne des carottes, genre Pony 3 par visite, et Diabolo 5. Mais c'est tout. Ils risquent de manquer de quelque chose ?
Revenir en haut Aller en bas
http://delaviedesmarionnettes.blogspot.com
Doubi
cheval actif
cheval actif


Féminin Age : 28
Nombre de messages : 1061

Localisation : namur

MessageSujet: Re: Nourrir son cheval avec 0,5l de céréales   Dim 30 Aoû - 21:22

Ben pas d'office non. Regarde les et continue à leur donner des fruits/légumes. Ca se voit si il manque de quelque chose (ça peut être une baisse de moral, d'état, ...)
Revenir en haut Aller en bas
http://natureequine.wordpress.com/
Diabolo
cheval d'école
cheval d'école


Féminin Age : 28
Nombre de messages : 1901

Localisation : Yvelines - Chevreuse

MessageSujet: Re: Nourrir son cheval avec 0,5l de céréales   Dim 30 Aoû - 21:53

Ouais bon pour l'état ils sont toujours assez ronds et ils sont en forme les deux... Je m'inquiète pas donc Merci Doubi !
Revenir en haut Aller en bas
http://delaviedesmarionnettes.blogspot.com
Doubi
cheval actif
cheval actif


Féminin Age : 28
Nombre de messages : 1061

Localisation : namur

MessageSujet: Re: Nourrir son cheval avec 0,5l de céréales   Lun 31 Aoû - 22:07

Les céréales germées

L'effort

Ces petits riens

Les parasites

A lire.
Revenir en haut Aller en bas
http://natureequine.wordpress.com/
Sakayawa
Eléphant du forum


Féminin Age : 29
Nombre de messages : 10336

Localisation : Hérault

MessageSujet: Re: Nourrir son cheval avec 0,5l de céréales   Mar 25 Jan - 14:19

Au final toi tu donnes quoi exactement et pour quelle activité de la part de ta jument ?
Revenir en haut Aller en bas
Doubi
cheval actif
cheval actif


Féminin Age : 28
Nombre de messages : 1061

Localisation : namur

MessageSujet: Re: Nourrir son cheval avec 0,5l de céréales   Mar 25 Jan - 16:10

Pour Mel ? C'est assez difficile de répondre. Mais bon en gros :

Cet hiver, uniquement du foin (deux fournisseurs différents ce qui me donne 4 foins différents (coupe, qualité, diversité, ...)) avec un peu de pré alpin (environ 1 litre) car elle ne fait rien (dernière année d'étude donc absolument pas le temps). Par contre, souvent quelques pommes, quelques carottes, des panais, ... en plus.

L'hiver passé par contre, j'ai complémenté avec un peu d'orge/avoine (noire et blanche)/tournesol/épeautre germés quand elle travaillait soit environ tout le week end et une à deux fois par semaine. En plus du foin à volonté bien sûr.

Ce qui ne les empêche pas de maigrir et d'aborder l'été fines.

Et puis honnêtement, c'est difficile de te donner UN menu type parce que j'en ai pas. Ca dépend du temps et de l'état de forme des jujus. Elles ne reçoivent jamais deux jours de suite la même chose.
Parfois, j'ajoute un peu de vinaigre, parfois un peu d'ail, parfois je mets plus de pré alpin parfois moins, ... Un jour ce sera un mash maison, un autre rien. Souvent, j'ajoute telle plante parce que j'ai vu ça hier et que je sais que chez Melba c'est souvent annonciateur de tel problème. Je me base aussi sur les prévisions météo. Ici par exemple, il va geler à la fin de la semaine donc je prépare le terrain avec des plantes et un peu plus de pré alpin.

Bref, je fais exactement l'inverse de tout ce qu'on apprend en "nutrition équine".

J'ai une cuisine rien que pour ma juju et sa bouffe avec frigo et tout.
Revenir en haut Aller en bas
http://natureequine.wordpress.com/
Sakayawa
Eléphant du forum


Féminin Age : 29
Nombre de messages : 10336

Localisation : Hérault

MessageSujet: Re: Nourrir son cheval avec 0,5l de céréales   Mar 25 Jan - 16:26

MDR ! Excellent le côté "mamie gâteau" avec la cuisine spéciale jument

Oui je cherche pas non plus un menu type, juste ça m'intéresse de savoir ce que certains donnent à leurs chevaux quand les "repas" me paraissent différents de la "norme" attendue en nutrition équine justement.
D'ailleurs je suis tombée sur une page de discussion d'il y a 2 ans dans un forum "cheval au naturel" ou qq chose comme ça, où tu mettais les photos de ce que tu donnais à manger et ça paraissait peu, mais tellement varié ! Donc tu as aiguisé ma curiosité
Revenir en haut Aller en bas
Doubi
cheval actif
cheval actif


Féminin Age : 28
Nombre de messages : 1061

Localisation : namur

MessageSujet: Re: Nourrir son cheval avec 0,5l de céréales   Mar 25 Jan - 16:33

Oui c'est sur mon journal aussi. Et sur Azur cheval nature.

Je pense que tu trouveras aussi beaucoup de pistes sur mon blog. Mais j'adore quand on me pose des questions.
Revenir en haut Aller en bas
http://natureequine.wordpress.com/
Sakayawa
Eléphant du forum


Féminin Age : 29
Nombre de messages : 10336

Localisation : Hérault

MessageSujet: Re: Nourrir son cheval avec 0,5l de céréales   Mar 25 Jan - 16:40

Ah et bien justement je vois sur Azur cheval nature qu'il y a une fille "maeva" qui fournit différents aliments pour les départements dont je fais partie. Tu voudrais bien lui demander ses coordonnées tel et mail pour moi stp ? (ça m'évite de m'inscrire sur le forum en fait )
Merci
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nourrir son cheval avec 0,5l de céréales   Mar 25 Jan - 16:41

Mais ça te revient pas hyper cher?
J'ai acheté quelques variétés de plantes... Mais voilà le prix quoi... scratch
Le pré alpin c'est chouette mais faut encore avoir un revendeur près de chez soi...

Fruits légumes encore on trouve assez bien et pas trop cher.
Revenir en haut Aller en bas
Sakayawa
Eléphant du forum


Féminin Age : 29
Nombre de messages : 10336

Localisation : Hérault

MessageSujet: Re: Nourrir son cheval avec 0,5l de céréales   Mar 25 Jan - 16:42

Bah 15,50€ pour 25kg de pré alpin, je trouve ça plus que correct
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nourrir son cheval avec 0,5l de céréales   Mar 25 Jan - 16:44

Beh oui... c'est ce que je dis...

Emeline a écrit:
Le pré alpin c'est chouette mais faut encore avoir un revendeur près de chez soi...
Revenir en haut Aller en bas
Doubi
cheval actif
cheval actif


Féminin Age : 28
Nombre de messages : 1061

Localisation : namur

MessageSujet: Re: Nourrir son cheval avec 0,5l de céréales   Mar 25 Jan - 17:42

Emeline a écrit:
Mais ça te revient pas hyper cher?

On fait c'est ça le plus drôle. Mon budget nourriture est très bas (par rapport à ce que j'observe ici et à ce que j'ai payé la première année).
Donc ce que ça donne pour l'hiver (novembre à mai) par exemple (pour deux chevaux) :

- 2 sacs de muesli st Hippolyt ce qui donne : environ 50 euros
- 2 sacs de pré alpin : 28 euros
- Budget plantes (pour l'année par contre) : 60-80 euros
- Budget fruits : environ 30 euros par mois
- Budget autres (compléments, ail, céréales, ...) : 50 euros
- foin : 1,70 euros le ballot et on en a commandé 400.

A diviser donc par deux donc. Quand on sait que le proprio à côté pour le même travail donne un sac de cavalor par semaine et une boule de foin à 50 euros par mois.

Mais en général, il m'en reste encore plein pour l'été faire des petites "gateries". Tout ça aussi pour un budget soin égal à zéro et je pense que c'est ça le plus important.
Revenir en haut Aller en bas
http://natureequine.wordpress.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nourrir son cheval avec 0,5l de céréales   Mar 25 Jan - 18:09

Wahoo, ben moi je trouve ça drolement cher quand même Embarassed
Rien que 30e/mois de fruits et légumes, je trouve ça déjà énorme. Moi elles ont les pelures de ce qu'on mange, et parfois quelques fruits ou légumes au rabais chez mon primeur.
Si je faisais le calcul des 3pensions que je paie, foin et orge compris, +le floconné que j'achète pour Trajane et les quelques compléments (comme l'ail), ça devrait revenir à peu près au même.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nourrir son cheval avec 0,5l de céréales   Mar 25 Jan - 18:09

Par rapport à moi, ton budget est assez haut.

Le foin semble super cher par chez toi ! ou sinon tu en donnes énormément... Moi il l'a presque à volonté là et je dirais que ça me revient largement deux fois moins cher. J'ai divisé ton prix par 2.

Par contre budget plante pour 2 chevaux ça te revient uniquement à 60-80 euros?
J'en ai pas acheté des masses mais j'en ai déjà eu pour plus cher pour un seul cheval !!! ... Tu les prends où tes plantes? tu fais toi même?
Pré alpin je ne trouve pas, j'aimerai bien ! Embarassed

Le budget fruits me revient aussi moins cher parce que j'ai bcp dans le jardin (et pommes/carottes j'en ai presque à l'année gratos aussi).

Tu dis que la première année tu as payé plus cher, tu peux expliqué?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nourrir son cheval avec 0,5l de céréales   Mar 25 Jan - 18:11

Désolée je répondais à Doubi Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Doubi
cheval actif
cheval actif


Féminin Age : 28
Nombre de messages : 1061

Localisation : namur

MessageSujet: Re: Nourrir son cheval avec 0,5l de céréales   Mar 25 Jan - 18:25

pico-ti a écrit:
Rien que 30e/mois de fruits et légumes, je trouve ça déjà énorme. Moi elles ont les pelures de ce qu'on mange, et parfois quelques fruits ou légumes au rabais chez mon primeur.

La première année, j'avais le foin 2 fois plus cher et surtout obligée de donner un marque de nourriture. J'arrivais à quelque chose comme 200 euros par mois. C'était la folie et Mel est tombée trois fois malade.

Mais vous me faites douter, il faudrait que j'aille vérifier. Et puis, attention, c'est pour deux chevaux hein donc faut diviser par deux le tout.

Les fruits, j'arrive à 30 euros maintenant alors qu'avant je ne dépassais pas 10 euros par mois. ça me dégoute d'ailleurs. J'avais pas mal de fruit gratuit et tout mais ça ne marche plus maintenant. Il n'y a que en automne où j'ai plein dans le jardin.

J'ai un revendeur pour mes plantes et je fais mes mélanges moi-même.

Faut aussi compter que c'est aussi mon budget vermifuge et soins hein.
Revenir en haut Aller en bas
http://natureequine.wordpress.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nourrir son cheval avec 0,5l de céréales   Mar 25 Jan - 18:37

Ben si j'ai bien compter, ça doit te faire 85e par mois et par cheval, sur 6 mois. Et je pense que tu dois aussi payer la location des prés et l'eau?
Même sans ça, c'est plus cher que ma pension. Certes, je rajoute le vermifuge, mais c'est pas moi qui entretiens l'abri ni le pré, et j'ai à dispo rond de longe et carrière, + surveillance quand on est pas là.
Et mes juments n'ont jamais été malades.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nourrir son cheval avec 0,5l de céréales   Aujourd'hui à 3:28

Revenir en haut Aller en bas
 
Nourrir son cheval avec 0,5l de céréales
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Nourrir son cheval avec 0,5l de céréales
» selle western pour grand cheval avec du garrot
» Les nourrir de pailles ? bien ou pas ?
» Integrer jument suitée avec d'autres chevaux
» Recherche filet noir taille cheval avec renes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Equin'éthique :: Leur mode de vie :: Habitat/Alimentation/Gestion des pâtures-
Sauter vers: