Un forum pour améliorer notre relation avec les chevaux par le jeu et le travail
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Pour nos anges, Lola et Emeline...

Partagez | 
 

 Soigner à l'homéopathie : oui mais comment ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Napo
Eléphant du forum
avatar

Féminin Age : 46
Nombre de messages : 32201

Localisation : Mèze (34)

MessageSujet: Soigner à l'homéopathie : oui mais comment ?   Ven 10 Mai - 15:29

J'ai hésité à continuer le post : Lien bien pratique sur les traitements homéo, mais il m'a semblé plus judicieux d'ouvrir un nouveau post tellement il me semble qu'il y a de choses à dire sur le sujet.

En fait, l'homéopathie, on connaît tous un petit peu, on a tous déjà pris de l'arnica en granule ou un peu d'occilococcinum en cas de grippe. Cependant, quand on plonge dedans, c'est un autre monde, une autre façon de penser le vivant qui s'ouvre, et c'est tellement énorme que ça demande de changer radicalement notre façon de penser. Du coup, je vais essayer de mettre sur ce post, au fil de mes lectures (et en ce moment, elles sont boulimiques...) toutes les idées fortes qui me paraissent importantes quand on veut utiliser l'homéopathie.


La première distinction que je voudrais apporter, c'est sur les différentes formes d'homéopathie couramment pratiquées. Le plus souvent, on voit les gens identifier une maladie, et aller chercher dans un répertoire (du type de celui que j'ai mentionné plus haut) le remède homéopathique qui correspond à cette maladie. Pour des choses courantes (par exemple, un hématome > arnica), ça fonctionne. Pour des lésions plus profondes, ce n'est pas toujours évident.

Car il existe une autre façon de pratiquer l'homéopathie, dite homéopathie hahnemanienne du nom de son fondateur, ou plus fréquemment "uniciste". Dans ce cas, on ne cherche plus à soigner la maladie, mais le malade. Cela signifie que chaque remède homéopathie peut correspondre à une grande quantité de symptômes physiques ou mentaux (c'est fondamental), et qu'il faut rechercher LE remède qui correspond le plus à la personne, et non à la maladie. Ainsi, certains remèdes homéopathiques vont soigner des pathologies complètement différentes, mais sur des individus qui ont un ou plusieurs points communs.

Du coup, on va dire d'une personne qu'elle est à tendance Nux Vomica, Sulfur ou autre, quand sa façon d'être en général, mais surtout son rapport avec la maladie correspondent à Nux Vomica ou à Sulfur.

Je vous donne un exemple concret, puisque j'ai la chance d'avoir un cheval Dioscorea : Uruguay. Dioscorea est un remède homéopathique qui peut soigner des inflammations, des infections (panaris par exemple), des ballonnements, des règles douloureuses, des crampes d'estomac etc. C'est vague, apparemment.
Mais ça devient plus précis lorsqu'on sait que Dioscorea est LE remède de ceux qui soulagent leur douleur par un besoin de s'étirer. C'est précisément le cas d'Uruguay, quelle que soit la cause de sa douleur : lorsqu'il faisait ses mini-coliques souvent liées à une poussée dentaire, lorsqu'il nous a fait un petit bouchon d’œsophage, lorsqu'il s'était déplacé une lombaire etc. Toujours, lorsqu'Uruguay va mal, il réagit en s'étirant le dos en salut de la reine, en tendant fort les antérieurs devant lui, en se mettant en campo etc. Et chez lui, la réaction à Dioscorea est quasiment immédiate. Quelques gouttes et la douleur disparaît en moins de deux minutes, c'est impressionnant. Nous avons eu la chance de découvrir rapidement le profil homéopathique d'Uruguay, si je puis dire. Cela ne veut pas dire que Dioscorea va tout soigner chez lui, bien sûr, mais simplement qu'avec Dioscorea, on a beaucoup plus de chance que cela fonctionne dans de nombreuses situations.

Chercher le "profil homéopathique" d'une personne (et encore pire, d'un animal qui ne peux pas tout exprimer, car il faudrait pouvoir savoir comment il ressent sa douleur, quelles images lui passent par la tête, quels sont ses rêves récurrents etc.), ce n'est vraiment pas simple. Je connais une petite jument pour laquelle on n'a toujours rien trouvé ;-). Mais c'est carrément passionnant, car c'est une exploration de l'être, qui demande un temps d'observation énorme.

La suite arrive ;-)
Revenir en haut Aller en bas
melodydu774
Eléphant du forum
avatar

Féminin Age : 27
Nombre de messages : 21197

Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Soigner à l'homéopathie : oui mais comment ?   Ven 10 Mai - 15:38

Super intéressant ! J'espère que tu mettra aussi les remèdes correspondant à tel ou tel problème ! Genre pour le problème des bouchons œsophagiens ça m'intéresse !

Question bête : combien de temps se conserve les granules si elles sont bien stockés !?
Revenir en haut Aller en bas
Napo
Eléphant du forum
avatar

Féminin Age : 46
Nombre de messages : 32201

Localisation : Mèze (34)

MessageSujet: Re: Soigner à l'homéopathie : oui mais comment ?   Ven 10 Mai - 15:57

Qu'on le veuille ou non, on est majoritairement marqués, ici, dans notre civilisation occidentale, par le mode de fonctionnement de la médecine allopathique. On veut trouver la cause exacte de la maladie, identifier le microbe, le virus, la bactérie ou le dysfonctionnement responsable et le traiter de façon ciblée. Encore une fois, ça marche souvent très bien. Quand on ne se trompe pas de cible, quand le traitement n'entraîne pas d'effets secondaires, quand la maladie n'a pas d'autres causes plus insidieuses (une bactérie qui s'est installée parce qu'elle y a trouvé un terrain favorable par exemple). Et surtout, quand la maladie est là depuis longtemps, le corps, l'être tout entier a appris à vivre avec. Plus ou moins bien, hélas. Tout son fonctionnement interne, celui de ses organes, ses schémas de pensée, ses habitudes, son caractère... ont interagi avec la maladie. D'où le fait que, dans certains cas (suivez mon regard), il soit totalement vain de chercher à traiter tel ou tel endroit, l'estomac, les ovaires, les intestins, l'exubérance, le sale caractère, la peur... Il n'y a rien à séparer, à morceler. Si on veut en passer par l'homéopathie, il n'y a pas d'autre solution que de prendre l'individu comme un ensemble, un tout.

Voici comment une maladie de type chronique entre dans l'être :



L'une des matières qui compose l'être (la peau, une muqueuse...) est touchée : première couche atteinte. Cela entraîne une perturbation dans le fonctionnement d'un ou plusieurs organes, sans qu'il y ait forcément une lésion (exemple : toux, diarrhée...) : la deuxième couche est atteinte. Mais le cas peut s'aggraver, et l'organe peut subir de véritables lésions. La troisième couche est atteinte. A partir de là, le sujet commence à voir ses propres émotions perturbées par ses dysfonctionnements internes (quatrième couche), jusqu'à parfois atteindre le mental. Un jeune animal atteint de parasitisme va certes avoir des coliques, mais il va aussi devenir morose, irritable etc.

La guérison s'effectue :
- de haut en bas
- du dedans au dehors
- dans l'ordre inverse d'apparition des symptômes (les premiers symptômes disparaîtront les derniers).
Là dessus, j'ai encore à approfondir, j'avoue ;-) Et vous imaginez que ça me laisse beaucoup à réfléchir.

Il y aura bien sûr une suite, comme promis...

Ggggrrr, Mélo, relis ce que j'ai marqué plus haut justement. Justement, l'intérêt, ce n'est pas de savoir quels remèdes correspondent à chaque maladie (pour ça, tu as quand même le lien noté tout en haut), mais quel est le profil de chacune de tes juments et à quel(s) remède(s) elles risquent d'être les plus réactives ;-). Il n'y aura donc pas de livre de recettes, mais des pistes pour "explorer" tes juments.

Sinon, les granules, y'a aucun souci, pas de date de péremption, ça se garde très longtemps, et on peut bazarder toute la mythologie qui dit qu'on ne doit pas les donner en même temps que d'autres aliments, qu'il ne faut pas les toucher avec les doigts etc. ;-)

Revenir en haut Aller en bas
Maelyn
Conseil d'Administration Assoc'
avatar

Féminin Age : 33
Nombre de messages : 8927

Localisation : PACA

MessageSujet: Re: Soigner à l'homéopathie : oui mais comment ?   Ven 10 Mai - 17:00

Ha mais ca m interesse grave ca!!
Alors quels sont ces "profils"?
Est ce que apres, en creusant plus loin, il peux y avoir des profils multipes? et est ce que dans certains cas, ce n'est pas un "remede" mais l'association de "remedes" (Dioscorea/Sulfure par exemple, enfin j dis ca au pif en prenant des exemples que tu as cités) qui peux fonctionner?
Est ce que ces "remedes" peuvent s associer sans danger?
Et bref .... Comment on fait pour exporer ces profils? Je comprend bien que ce n est pas "determinable" a l avance, mais quelles sont les pistes de départ a explorer?
Revenir en haut Aller en bas
Napo
Eléphant du forum
avatar

Féminin Age : 46
Nombre de messages : 32201

Localisation : Mèze (34)

MessageSujet: Re: Soigner à l'homéopathie : oui mais comment ?   Ven 10 Mai - 17:40

Je ne pourrai pas répondre à toutes tes questions, Mae, j'aurais trop peur de dire des bêtises. Mais oui, il peut y avoir je pense des profils multiples. Pour les humains, on trouve facilement sur le net les "15 profils homéopathiques types". Je trouve ça un peu simpliste et réducteur, mais ça donne une idée.
Sur les associations : normalement, elles sont sans danger vu les doses infinitésimales. Mais c'est pas si simple que ça, en fait. Il y a des remèdes homéopathiques qui en effet ne font pas vraiment bon ménage. Pour ça, il faut aller lire les MMH, les matières médicales homéopathiques, et vérifier. Mais dans le pire des cas, tu risques surtout que le remède ne produise aucun effet, et donc que les symptômes s'aggravent.

Attention, c'est justement là le danger de l'homéo : il ne faut pas s'entêter quand il y a urgence. Si on voit qu'on ne trouve pas LE remède et que l'état ne cesse d'empirer, il ne faut pas se mettre en danger en se fermant à l'allopathie. Trouver le remède homéo qui convient, c'est loin d'être simple, donc en cas d'urgence, si l'homéopathie ne répond pas, il faut passer à autre chose. Quand on est face à des douleurs chroniques, comme les coliques et les problèmes ovariens d'Unica, pour l'instant, ce sont des douleurs qui ne l'empêchent pas de vivre, de faire la folle au pré, d'être de bonne humeur, de grandir etc. (elles me pourrissent juste un peu la vie... lol). C'est typiquement le cas où on a le temps de chercher une solution en homéo. Le jour où elle me fait une colique qui met sa vie en danger, je ne pense pas que j'aurai le courage de rester dans le rayon homéopathique.
Revenir en haut Aller en bas
lecat
cheval d'école
cheval d'école
avatar

Féminin Age : 53
Nombre de messages : 1641

Localisation : Villeneuve sur Lot (47)

MessageSujet: Re: Soigner à l'homéopathie : oui mais comment ?   Ven 10 Mai - 21:02

Et tu dors quand lol!
Revenir en haut Aller en bas
Dom
c'est l'heure du débourrage!
c'est l'heure du débourrage!
avatar

Féminin Age : 66
Nombre de messages : 307

Localisation : Var

MessageSujet: Re: Soigner à l'homéopathie : oui mais comment ?   Ven 10 Mai - 21:53

Je veux juste apporter mon témoignage, même s' il ne s' agit pas de phyto, mais d' aromathérapie. Pour dire la vérité, je n' étais pas vraiment convaincue de l efficacité des plantes, mais j' ai du revoir mon point de vue la dessus dernièrement.
J' ai un bouc nain qui a eu une bronchopneumonie en décembre, traitement allopathique avec successivement: anti bios, anti inflammatoires, cortisone, 3 mois de piqures quotidiennes, sans resultat, pour entendre le véto me dire finalement: on a tout essayé, il n' y a plus rien à faire, donc je me préparais à l' euthanasie de mon petit bouc qui avait de plus en plus de mal à respirer et qui me faisait vraiment du mal à voir.
Sur les conseils d' une personne qui pratique l' aroma, j ai tenté le tout pour le tout, c' etait mon dernier espoir, une composition sur mesure , 5 jours de traitement, et miracle, guérison!
Inutile de dire que je ne considère plus aroma et phyto comme des solutions de confort, mais comme des solutions auxquelles on devrait penser plus souvent en première intention.
Comme tu dis Napo, si mon cheval est en coliques, je ne vais pas me mettre à compter mes petites gouttes d' HE, je préparerais bien vite la piqouze d urgence, mais pour les soins quotidiens, ou en tous cas tout ce qui concerne le préventif, je suis décidée à penser plantes en première intention.
Pas pour autant qu' il faut s' amuser à jouer les apprentis sorciers, ou remplacer le véto.
Revenir en haut Aller en bas
Napo
Eléphant du forum
avatar

Féminin Age : 46
Nombre de messages : 32201

Localisation : Mèze (34)

MessageSujet: Re: Soigner à l'homéopathie : oui mais comment ?   Sam 11 Mai - 0:09

Citation :
Comme tu dis Napo, si mon cheval est en coliques, je ne vais pas me mettre à compter mes petites gouttes d' HE, je préparerais bien vite la piqouze d urgence, mais pour les soins quotidiens, ou en tous cas tout ce qui concerne le préventif, je suis décidée à penser plantes en première intention.
Ça dépend ;-)
Actuellement, pour les coliques d'Unica, je reste à l'homéopathie. J'ai toujours de la calmagine avec moi, mais le flacon est encore fermé et les seringues dans leur sachet, tout est prêt pour le jour où je me sentirai dépassée par les événements, où j'aurai l'impression que rien n'y fait, et où je devrais appeler le VT. Mais pas mal de coliques sont tout à fait gérables à l'homéopathie. Je parle bien d'homéo, ici, hein, pas de phyto. On n'est pas du tout sur les mêmes principes.

D'ailleurs, petite parenthèse : l'homéopathie, ce n'est bien sûr pas que des plantes. Unica a par exemple été soignée l'année dernière avec Lachesis Mutus : il s'agit du venin d'un serpent. Les diarrhées d'Ucaze sont soignées avec Sulfur, le soufre.
Le principe de l'homéopathie, c'est d'inoculer au malade une dose infime d'un produit normalement toxique à forte dose, et qui produirait si on l'ingérait le même ensemble de symptômes que ceux dont souffre justement le malade. Par exemple, se faire piquer par une abeille provoque de fortes douleurs, sensation de brûlure. Apis Mellifica est un remède homéopathique fabriqué à partir d'abeilles macérées dans l'alcool, et qui soigne justement les piqûres d'abeille.

A ce sujet, il faudrait d'ailleurs parler des nosodes... ça aussi, c'est fascinant. C'est une des facettes les moins connues de l'homéopathie. Le principe : on prélève une sécrétion liée à la maladie (du pus en cas d'infection par exemple) qu'on va diluer selon la technique habituelle de fabrication des remèdes homéopathique, et injecter ensuite au malade. C'est une technique assez peu connue et apparemment controversée. Une de mes amies, récemment, a été très affaiblie par une sale bactérie intestinale dont elle n'arrivait pas à se débarrasser. Un homéopathe du coin lui a fabriqué un nosode à partir d'un prélèvement, et ça a été radical. Surprenant, hein ?
Revenir en haut Aller en bas
Lam
Equin'éthique attitude!
Equin'éthique attitude!
avatar

Féminin Age : 22
Nombre de messages : 5526

Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: Soigner à l'homéopathie : oui mais comment ?   Sam 11 Mai - 8:18

Très très intéressant Napo Un grand merci ! :-)
Revenir en haut Aller en bas
http://Jaw-Lam.skyblog.com
Nuts
Eléphant du forum
avatar

Féminin Age : 24
Nombre de messages : 6102

Localisation : Rennes (35)

MessageSujet: Re: Soigner à l'homéopathie : oui mais comment ?   Sam 11 Mai - 11:19

Tu l'injectes comment? En IM ou en IV?
Revenir en haut Aller en bas
Napo
Eléphant du forum
avatar

Féminin Age : 46
Nombre de messages : 32201

Localisation : Mèze (34)

MessageSujet: Re: Soigner à l'homéopathie : oui mais comment ?   Sam 11 Mai - 14:33

Tu parles du nosode, Nuts ? Je l'ignore, mais je peux demander à la copine. A mon avis peu importe, IM ou IV, c'est surtout la rapidité de réaction qui change, non ?

Lam, je n'ai pas arrêté de penser à toi pendant la conférence de mercredi, car on a bien sûr parlé études VT. Beaucoup de gens dans l'assistance se plaignaient de la difficulté de trouver un VT homéopathe, et dr. Boutonnet expliquait qu'en effet, l'homéopathie était en général présentée à titre d'option dans la plupart des facs VT, donc peu d'étudiants suivaient le cursus. Cela crée une grosse distorsion entre la demande du public et la disponibilité des praticiens. C'est surtout vrai dans l'élevage, à cause des délais d'abattage des bêtes après un traitement allopathique quelconque. L'homéopathie supprime ce délai.

D'où le fait que beaucoup de gens, comme moi, s'en remettent à l'automédication. Ce qui n'est pas simple du tout, car ça ne s'improvise pas. J'ai commencé avec un bouquin, mais c'était trop succinct, et j'ai dû demander de l'aide très rapidement. Mais l'aide qu'on m'a apportée n'était pas suffisante non plus car, comme le dit le Dr. Boutonnet, l'homéopathie se pratique à trois : le malade, le médecin et l'éleveur (= le responsable de l'animal, son soigneur...). C'est le malade qui doit montrer ses symptômes, l'éleveur qui doit tous les noter, minutieusement, et le médecin qui aiguille vers le traitement approprié. Comme le médecin n'est pas là en permanence, pas plus que l'éleveur, on doit procéder par tentatives, tâtonnement, échecs parfois, jusqu'à trouver LE remède qui correspond à l'individu (à moins d'avoir la chance, comme avec Uruguay, de tomber tout de suite sur le bon...). Mais là encore, ce n'était pas suffisant pour moi, car il me manquait le pan théorique. D'où les nuits de lecture, Lecat (je dors très peu en effet, j'ai des cernes partout... lol ! mais ça vaut la peine ;-)

Concrètement, comment on procède ? (je rappelle que je parle d'homéopathie hahnemanienne / uniciste, celle qui s'attache d'abord au malade et non à la maladie).

D'abord il faut noter toutes les caractéristiques de l'animal, mais vraiment tout :
- son cadre de vie et comment il y évolue : s'il recherche l'ombre ou la chaleur, la compagnie ou la tranquillité, ses rapports hiérarchiques dans le troupeau, ses rapports avec l'homme etc.
- son alimentation : celle qu'on lui impose, mais aussi ses préférences à lui, les petites bizarreries (il aime lécher la terre, il mange les écorces d'arbre etc.), et comment il mange et boit (vite, en triant...)
- son aspect bien sûr (regard, poil, poids...)
- son caractère (craintif, enjoué, colérique...)

Il faut aussi et SURTOUT s'attacher de très près aux petites "bizarreries". Là je vous cite un exemple type : les balancements de tête d'Unica. Plus j'approfondis la matière, plus je me dis que c'est LE symptôme central de toute cette histoire, celui qui aurait dû être pris en compte depuis le début, et que tout va reposer sur l'interprétation que je vais arriver à en donner, car ce mouvement permanent n'est pas normal. Autre exemple : Mononoké, l'une de mes chattes, souffre aussi comme sa sœur Satsuki d'eczéma, à un degré moindre. Mononoké a une particularité : elle préfère toujours boire l'eau courante, au robinet ou au bassin du jardin, même si l'eau de son bol est propre. D'autre part, elle boit de préférence "à la patte", c'est-à-dire en trempant sa patte dans l'eau et en la léchant. C'est un "sympôme" à prendre très au sérieux si on veut tenter une approche homéopathique avec elle.

Ensuite bien sûr, il faut s'attacher à l'étiologie de la maladie, c'est-à-dire ses causes, mais ce n'est pas toujours le point le plus déterminant. Par exemple, quand il s'agit d'une colique : quand ? après avoir mangé quoi ? après quel événement ?...
Dans l'étiologie (l'étude des causes), il y a aussi les causes beaucoup plus anciennes, notamment psychologiques (mais pas uniquement) : comment s'est passé le sevrage, le débourrage, y a-t-il eu un déménagement, une blessure, un traitement lourd etc.

Cela veut dire que pour chaque animal à soigner (et même pour chaque animal, puisqu'on sera peut-être amené un jour à le soigner), il faut avoir un gros fichier mentionnant toutes ces choses, surtout lorsqu'on va se trouver face à une maladie de type chronique (Cas d'Unica, cas de Mononoké et Satsuki). Mais ce sera aussi utile dans les autres cas (Cas d'Uruguay cité plus haut). Pour un éleveur qui a plus de 100 bêtes, c'est l'horreur... Beaucoup d'éleveurs qui ont décidé de passer à l'homéo ont dû gérer autrement leurs troupeaux, leur redonner une taille raisonnable, et cherchant la rentabilité autrement. Certains sont revenus à la vieille pratique de la garde (on emmène paître les bêtes et on fait le berger, au lieu de les parquer dans des clôtures), car cela oblige à un temps d'observation, ce qui permet de mieux soigner lorsqu'une bête tombe malade. (En même temps, c'est ce qui est fascinant pour les éleveurs : si on passe à l'homéopathie, on sort forcément du système élevage industriel où les bêtes sont parquées avec un numéro, pour revenir au système d'élevage proprement dit, où les bêtes sont des individus qu'on élève, avec leur nom, leur personnalité, même si on les élève pour les envoyer à l'abattoir).

Suite dans le prochain message ;-)


Dernière édition par Napo le Dim 12 Mai - 0:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Napo
Eléphant du forum
avatar

Féminin Age : 46
Nombre de messages : 32201

Localisation : Mèze (34)

MessageSujet: Re: Soigner à l'homéopathie : oui mais comment ?   Sam 11 Mai - 15:17

Une fois qu'on a tout noté sur le malade, hé bien il faut partir à la pêche... Nuits blanches assurées ;-)

Il y a deux outils : les répertoires et les matières médicales homéopathiques (MMH). Pour chaque remède homéo, on va trouver une liste d'applications (soigne telles ou telles pathologie), et elles sont souvent diverses, et pour chaque symptôme, on va renvoyer à une liste de remèdes possibles.
Le jeu va consister à trouver LE remède qui répond le mieux à l'ensemble de symptômes qu'on a noté au sujet du malade. Quand on a au moins quelques symptômes communs, on peut faire le test. Si ça ne fonctionne pas, c'est qu'il faut aller chercher ailleurs. Souvent, les répertoires nous indiquent des remèdes associés, qui peuvent avoir un effet proche. On peut fouiller là dedans. On peut aussi revoir notre liste des symptômes, et voir si on n'est pas passé à côté d'un symptôme important qui ne nous paraissait pas devoir être pris en compte au départ. Et la quête continue alors. Vous comprendrez du coup qu'il vaut mieux avoir passé des heures à observer et noter toutes les caractéristiques de l'animal, parce que lorsque la maladie s'appelle colique, on n'a pas toujours beaucoup de temps devant nous :-(

Étude d'un cas concret :

J'ai soupçonné Unica de traverser récemment une crise de "nymphomanie". Comme je l'ai expliqué sur son journal, la nymphomanie chez la jument répond à la définition suivante : "La Nymphomanie s'observe chez la jument : ce trouble est lié à la présence de kystes sur les ovaires. Dans les cas sévères, la jument est en chaleurs permanentes et peut botter ou mordre sans raison apparente. Les formes moins accentuées de la nymphomanie font penser à une sorte d'ébriété." Unica répondait tout à fait à la définition.
Grâce au petit répertoire synthétique mis sur le forum par Brought62 ICI, je cherche nymphomanie, et je trouve trois remèdes : Platina, Lachesis et Organum. (Unica a déjà été traitée avec succès à Lachesis l'année dernière, mais les symptômes n'étaient pas les mêmes que cette année). Je vais ensuite lire dans la MMH tout ce qui concerne ces trois remèdes, mais aussi les remèdes qui peuvent être proches. Pour Platina, je note d'assez nombreuses concordances avec le cas Unica : crise de nymphomanie (toujours en chaleur même sous Régumate, grogne de plaisir quand on passe une jambe sur sa croupe...), douleurs lombaires, augmente par la pression, diminue au soleil (Unica ne se met jamais à l'ombre), adipsie (elle ne boit pas assez à mon goût), douleurs à type de crampe (postérieurs raides, chutes fréquentes, refus du cavalier... et si c'était ça ?) etc. Bref, comme il y a plusieurs symptômes concordants, je tente Platina. 3 granules le 4 mai (penser à toujours tout noter !!!) et trois granules le 7 mai. Je peux à nouveau toucher les lombaires d'Unica sans risquer la morsure ou le coup de pied, et elle ne m'accueille plus systématiquement la queue en l'air, clignotant allumé, en arrosant copieusement le pré. Elle ne grogne plus quand je lui passe la jambe sur la croupe. Ouf !

C'est déjà ça, mais ce n'est pas fini pour autant : Unica refuse toujours de faire un pas sous la selle, et continue à balancer la tête de droite à gauche. Cela signifie qu'il faut aussi continuer à chercher.
Dans les différentes matières médicales homéo qu'on peut trouver sur le net (je donnerai plus tard une petite biblio en ligne, car les bouquins sont souvent hyper cher et pas tous réédités), je fouille à présent dans les remèdes "connexes". Sur Platina par exemple, je trouve :
SYNERGIQUES : Anac., arg-m., bell., calc-c., ign., lyc;, merc-s., PALL., puls., rhus t., SEP., sulf., SYPH., ver., ce qui signifie que je dois aller lire : Anacardium orientale, Argentum metallicum, Belladona, Calcarea carbonica, Ignatia Iamara, Lycopodium Clavatum etc. Sachant qu'il y a des pages et des pages pour chaque remède, et qu'en plus je confronte plusieurs MMH disponibles pour m'assurer des concordances, vous imaginez le boulot... d'où l'intérêt d'avoir un VT homéopathe à disposition : lui, il a l'expérience, il sait et il trouve beaucoup plus rapidement les remèdes adéquats...

Je n'ai pas encore épuisé la liste des remèdes associés à Platina, mais le premier, Anacardium orientale, a tout de suite retenu mon attention. Surprise :

Dans les keynotes (liste de "bizarreries" liées au remède), je trouve :
Citation :
Anxieux en marchant; comme si quelqu’un le suivait
Et si le balancement de tête, c'était ça ? Retour sur les photos et les vidéos... Est-ce qu'elle regarde ses flancs ou ce qui vient derrière ? Le coup de pied de l'été dernier ? l'exercice du bidon qu'on traîne, source de terreur ? Le fait de préférer être en tête en balade mais de se cabrer si un cheval arrive fort derrière elle ?
Je continue donc à explorer toutes les keynotes d'Anacardium orientale, et je file à la pharmacie. Pas la bonne dilution disponible, c'est pas grave. On fait quand même une tentative ce matin en attendant de l'avoir.

La suite, forcément, elle n'est pas encore écrite. Mais j'espère qu'avec cet exemple, ceux qui veulent débuter en homéo comprendront un peu mieux le principe.
Revenir en haut Aller en bas
Lam
Equin'éthique attitude!
Equin'éthique attitude!
avatar

Féminin Age : 22
Nombre de messages : 5526

Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: Soigner à l'homéopathie : oui mais comment ?   Sam 11 Mai - 18:50

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://Jaw-Lam.skyblog.com
lecat
cheval d'école
cheval d'école
avatar

Féminin Age : 53
Nombre de messages : 1641

Localisation : Villeneuve sur Lot (47)

MessageSujet: Re: Soigner à l'homéopathie : oui mais comment ?   Sam 11 Mai - 19:03

Littéralement PASSIONNANT.... et éclairant.... dans ma quête journalière, ayant actuellement un cas très lourd ORL / yeux + diarrhées (complexe car pathologies diverses révélées selon l'avancement de mes tâtonnements homéo... mais tâtonnements heureux puisque évolution satisfaisante)
Revenir en haut Aller en bas
Virginie
Eléphant du forum
avatar

Féminin Age : 42
Nombre de messages : 10394

Localisation : 66

MessageSujet: Re: Soigner à l'homéopathie : oui mais comment ?   Sam 11 Mai - 20:43

Ce sujet est super intéressant Napo, merci !! Moi qui n'y connaissais rien en homéo, je commence à y voir clair.

Et puis c'est passionnant de lire tes recherches, essais, résultats avec Unica. Comme une enquête quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Mysou
Equin'éthique attitude!
Equin'éthique attitude!
avatar

Féminin Age : 29
Nombre de messages : 5309

Localisation : Bruxelles, Belgique

MessageSujet: Re: Soigner à l'homéopathie : oui mais comment ?   Sam 11 Mai - 23:49

Post passionnant Napo, merci de l'avoir ouvert! Je n'y connais absolument rien, mais je trouve ça toujours super intéressant de suivre tes recherches... mais je ne crois pas que je me sentirais assez sûre de moi que pour essayer ce genre de chose de mon côté.

Par contre je me demandais, c'est quoi la différence entre homéopathie, aromathérapie, phytothérapie et tous les autres noms "du même genre"? Car pour quelqu'un comme moi, je mélange un peu tout et c'est juste la médecine "pas comme d'habitude" si je puis dire... alors c'est quoi les définitions exactes, les séparations entre toutes ces pratiques?

J'ai par exemple découvert des formations d'aromathérapie en Belgique (http://www.college-aromatherapie.com/formations), mais est-ce qu'il y a un rapport entre toutes ces pratiques?
Revenir en haut Aller en bas
Napo
Eléphant du forum
avatar

Féminin Age : 46
Nombre de messages : 32201

Localisation : Mèze (34)

MessageSujet: Re: Soigner à l'homéopathie : oui mais comment ?   Dim 12 Mai - 0:22

Citation :
mais je ne crois pas que je me sentirais assez sûre de moi que pour essayer ce genre de chose de mon côté.
Franchement, il faut quand même un bon moment pour rentrer dedans et comprendre la logique. Au début, à part quelques remèdes simples et bien connus du grand public, genre arnica, nux vomica, ribes nigrum, apis mellifica, on se sait pas du tout comment utiliser le reste. Et puis il y a tellement d'informations à ingérer en même temps (l'histoire des dilutions notamment, c'est vraiment pas simple). Il faut prendre le temps de se former, et donc y passer pas mal d'heures. J'ai commencé l'hiver dernier à partir de la troisième colique d'Unica (donc la première que j'ai gérée toute seule, sans appeler le VT), mais très rapidement, j'ai demandé de l'aide car c'était trop complexe. Normalement, il devrait y avoir une formation étalée sur plusieurs WE pas trop loin de chez moi, et je vais essayer de la faire. Déjà, lire le charabia des MMH, c'est vraiment pas simple... Ce qui est difficile, c'est qu'on doit entrer dans une logique complètement différente de celle à laquelle on est habitué avec l'allopathie.

Homéopathie : de homéo en grec, semblable -> un principe actif qui produit un effet nocif peut combattre au contraire cet effet nocif s'il est avalé à dose infinitésimale (on prend souvent l'image du vaccin pour expliquer ça). L'homéopathie n'a pas grand rapport avec les vaccins, mais c'est pourtant un peu la même démarche : forcer le corps à réagir lui-même quand il reçoit un micro-signal d'alerte.
Aromathérapie : ce sont les huiles essentielles. Je ne maîtrise pas du tout, j'avoue.
Phytothérapie : se soigner à l'aide des plantes. Tu peux les utiliser comme tu veux, en teinture-mère, en poudre, fraîches etc. J'utilise ça sur moi depuis des années, uniquement à base de plantes qui sont à ma disposition, combiné avec les EMA. Jamais malade ;-)

Revenir en haut Aller en bas
Koyuki
Equin'éthique attitude!
Equin'éthique attitude!
avatar

Féminin Age : 26
Nombre de messages : 4780

Localisation : Besançon

MessageSujet: Re: Soigner à l'homéopathie : oui mais comment ?   Dim 12 Mai - 0:40

Super intéressant tout ça Napo ! on attend la suite de tes recherches et les résultats sur Unica

Lam, ça serait top si tu pouvais compléter avec homéo je pense. Ici le seul médecin homéo que j'ai trouvé ne prend plus de nouveaux patients, alors en véto je pense que c'est un peu pareil
Revenir en haut Aller en bas
Napo
Eléphant du forum
avatar

Féminin Age : 46
Nombre de messages : 32201

Localisation : Mèze (34)

MessageSujet: Re: Soigner à l'homéopathie : oui mais comment ?   Dim 12 Mai - 0:50

Idem : il y a un homéopathe pour les humains sur mon secteur (une dizaine de km de chez moi). Faut compter deux ou trois mois pour avoir un rendez-vous. Quand c'est urgent, laisse tomber...
Niveau VT-homéopathe : une seule sur toute la région. Donc elle est à plus de 100 km de chez moi. Elle est également ostéo et acuponctrice. Environ trois semaines de délai pour avoir un RV. Et encore, je m'attendais à pire...
Revenir en haut Aller en bas
mirza
Eléphant du forum
avatar

Féminin Age : 38
Nombre de messages : 6112

Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Soigner à l'homéopathie : oui mais comment ?   Lun 13 Mai - 18:41

Je suis ravie Napo que tu t'intéresses de plus en plus à tout ça

Citation :
Sur les associations : normalement, elles sont sans danger vu les doses infinitésimales.
Erreur : la matière active est présente en dose infinitésimale, mais l'effet n'est pas moins fort ! (sinon ça n'aurait aucun intérêt) Alors oui, il y autant de risques en mélangeant les remèdes homéo qu'avec des médocs allopathiques. Et c'est pour ça que les homéos "purs et durs" sont unicistes, entre autres…

Citation :
Attention, c'est justement là le danger de l'homéo : il ne faut pas s'entêter quand il y a urgence. Si on voit qu'on ne trouve pas LE remède et que l'état ne cesse d'empirer, il ne faut pas se mettre en danger en se fermant à l'allopathie. Trouver le remède homéo qui convient, c'est loin d'être simple, donc en cas d'urgence, si l'homéopathie ne répond pas, il faut passer à autre chose.
Ce n'est en rien une limite propre à l'homéo ça, c'est la limite de tout traitement quel qu'il soit.

Citation :
Quand on est face à des douleurs chroniques, comme les coliques et les problèmes ovariens d'Unica, pour l'instant, ce sont des douleurs qui ne l'empêchent pas de vivre, de faire la folle au pré, d'être de bonne humeur, de grandir etc. (elles me pourrissent juste un peu la vie... lol). C'est typiquement le cas où on a le temps de chercher une solution en homéo. Le jour où elle me fait une colique qui met sa vie en danger, je ne pense pas que j'aurai le courage de rester dans le rayon homéopathique.
Si tu es médecin homéopathe, tu ne mets pas plus de temps à trouver un traitement que si tu es médecin allopathe, l'urgence n'est pas plus compliquée à gérer. Par contre si tu es simple amateur et non médecin tu mets plus de temps, c'est évident… mais ça reste vrai pour les autres spécialités aussi !

Citation :
A ce sujet, il faudrait d'ailleurs parler des nosodes... ça aussi, c'est fascinant. C'est une des facettes les moins connues de l'homéopathie. Le principe : on prélève une sécrétion liée à la maladie (du pus en cas d'infection par exemple) qu'on va diluer selon la technique habituelle de fabrication des remèdes homéopathique, et injecter ensuite au malade. C'est une technique assez peu connue et apparemment controversée. Une de mes amies, récemment, a été très affaiblie par une sale bactérie intestinale dont elle n'arrivait pas à se débarrasser. Un homéopathe du coin lui a fabriqué un nosode à partir d'un prélèvement, et ça a été radical. Surprenant, hein ?
C'est (officiellement) interdit en France je crois non ?
Tout comme la fabrication de granules à base du placenta pour soigner les enfants (je parle de récupérer son propre plancenta et de n'uiliser les granules que pour l'enfant lié à ce placenta-là). J'ai oublié le nom de la technique…

(Nuts, les nosodes tu les prépares comme tu veux, en granules ou autres… Tiens, moi une fois j'avais eu "cerebrinum" comme remède, c'est "de l'extrait de cerveau" comme me disait ma doc C'était pas le mien hein, mais ce que je veux dire, c'est que c'était en solution liquide mais ça aurait tout aussi bien pu être en granules ou en poudre…)

Mysou a écrit:
Par contre je me demandais, c'est quoi la différence entre homéopathie, aromathérapie, phytothérapie et tous les autres noms "du même genre"? Car pour quelqu'un comme moi, je mélange un peu tout et c'est juste la médecine "pas comme d'habitude" si je puis dire... alors c'est quoi les définitions exactes, les séparations entre toutes ces pratiques?

Napo a répondu déjà, j'ajoute un-deux trucs.
Ce qu'il y a souvent de commun à ces "médecines différentes" de la médecine allopathique traditionnelle (mais pas toujours !), c'est qu'elles sont dites holistiques, c'est-à-dire qu'elles cherchent à soigner la personne et non la maladie : dans une consultation on te demandera ce que tu manges, comment tu t'habilles, si tu préfères l'été ou l'hiver ou que sais-je… et pas juste où tu as mal et depuis quand. Napo l'a expliqué plus haut.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ecuries-du-grand-vallat.fr
Mysou
Equin'éthique attitude!
Equin'éthique attitude!
avatar

Féminin Age : 29
Nombre de messages : 5309

Localisation : Bruxelles, Belgique

MessageSujet: Re: Soigner à l'homéopathie : oui mais comment ?   Lun 13 Mai - 19:20

Merci pour vos réponses à toutes les deux, c'est super intéressants! Je me demande si je n'aurais pas intérêt à me tourner vers ce genre de médecine pour moi aussi, car j'ai pas mal de "petits symptômes chroniques" qui ne m'empêchent pas de vivre, mais qui sont pas toujours cool au quotidien. Le doc n'a jamais été capable de trouver de solution, alors pourquoi pas aller chercher ailleurs?
Revenir en haut Aller en bas
mirza
Eléphant du forum
avatar

Féminin Age : 38
Nombre de messages : 6112

Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Soigner à l'homéopathie : oui mais comment ?   Lun 13 Mai - 21:51

C'est vraiment une autre façon de penser la santé et le fonctionnement du corps. Ça vaut toujours le coup d'essayer
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ecuries-du-grand-vallat.fr
Sosso16
cheval d'école
cheval d'école
avatar

Féminin Age : 32
Nombre de messages : 1705

Localisation : 16 (sud Charente / nord Gironde)

MessageSujet: Re: Soigner à l'homéopathie : oui mais comment ?   Lun 13 Mai - 22:13

Bah justement Napo, avec tous les épisodes d'Unica, tu m'as donné envie il y a quelques temps de m'intéresser de plus près à l'homéopathie, et samedi en emmenant les enfants à la médiathèque, je suis tombée sur un gros bouquin sur le sujet, que je me suis empressée de récupérer !
Bon, c'est un genre de manuel familial quoi, mais pour commencer à comprendre déjà dans, les grosses lignes, quoi utiliser pour quoi soigner, c'est un petit début et quand je tombe dedans j'en sors plus !

Par contre, je ne pensais vraiment pas que le remède pouvait avoir un effet différent selon l'individu, c'est fascinant...

Revenir en haut Aller en bas
http://Sully16.skyrock.com/
mirza
Eléphant du forum
avatar

Féminin Age : 38
Nombre de messages : 6112

Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Soigner à l'homéopathie : oui mais comment ?   Mar 14 Mai - 10:13

En fait, dans les dilutions les plus basses et les plus courantes = 4 à 7CH, on soigne les symptômes "de surface" (par rapport au dessin qu'a mis Napo au début de ce sujet), donc ça peut très facilement se résumer à "tu as tel symptôme --> tu prends tel remède".

Plus on monte dans les dilutions (moyennes = 9 et 15CH, hautes = 30CH, très hautes = plus de 30CH), plus on agit sur les parties plus profondes. Et donc, plus on se rapproche non pas du symptôme lui-même, mais de l'individu pris dans sa globalité c'est-à-dire avec un ensemble de grands symptômes et de "petits détails" qu'on aurait crus insignifiants mais qui, pour certains remèdes, peuvent être des indices super fiables.

Et on se rend compte très vite qu'il existe des grands ensembles de symptômes qui sont liés, et que suivant son "type homéopathique" on va avoir tendance à développer plutôt tel ou tel type de maux. C'est quelque chose qui n'est pas du tout propre à l'homéopathie, on retrouve aussi ce genre de chose dans la médecine traditionnelle chinoise,... ou même en psychologie équine avec les différentes "horsenalities", lol !

En fait tous les principes de l'homéopathie peuvent paraitre barbares au début, mais ils sont parfaitement logiques et censés. C'est juste une autre façon d'envisager la santé, par rapport à la médecine allopathique, qui a ses points forts et ses points faibles. Mais ce n'est pas incompatible, juste différent, et il ne faut surtout pas tenter de les assimiler parce que sinon on perd tout l'intérêt des deux. (A mon avis, exactement comme la MTC par rapport à la médecine occidentale !)

PS : Et encore, l'homéopathie c'est rien par rapport au fonctionnement des fleurs de Bach, lol

PS,2 : Hier j'ai oublié de dire un truc. L'homéopathie n'est pas basée que sur la dilution des principes actifs ; elle est basée aussi sur leur dynamisation. Et pour les sceptiques, c'est là que le bât blesse le plus souvent (c'est ce que les réfractaires appellent la "mémoire de l'eau" avec une moue réprobatrice).
La dynamisation, c'est exactement le principe que l'on retrouve dans la biodynamie en agriculture par exemple (...pas pour rien que Weleda fasse dans les deux).
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ecuries-du-grand-vallat.fr
Napo
Eléphant du forum
avatar

Féminin Age : 46
Nombre de messages : 32201

Localisation : Mèze (34)

MessageSujet: Re: Soigner à l'homéopathie : oui mais comment ?   Mer 15 Mai - 23:24

Citation :
C'est quelque chose qui n'est pas du tout propre à l'homéopathie, on retrouve aussi ce genre de chose dans la médecine traditionnelle chinoise,... ou même en psychologie équine avec les différentes "horsenalities", lol !
C'est marrant parce que j'ai pensé exactement la même chose en lisant les keynotes (les listes de symptômes plutôt psychiques ou psychosomatiques liés à tel ou tel profil homéopathique) : si tu as bien rempli ton petit tableau des horsenalities, déjà tu gagnes un temps fou.
Yep... quand on me demande ce que c'est que la biodynamie, je réponds pour schématiser : c'est l'homéopathie appliquée à l'agriculture ;-)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Soigner à l'homéopathie : oui mais comment ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Soigner à l'homéopathie : oui mais comment ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Soigner à l'homéopathie : oui mais comment ?
» Fracture :( homéopathie?
» livre d'homéopathie: lesquels conseillez-vous ?
» homéopathie
» Les verrues

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Equin'éthique :: Leur mode de vie :: Santé générale-
Sauter vers: