Un forum pour améliorer notre relation avec les chevaux par le jeu et le travail
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Dessins de Noël !!! saison 2016 c'est parti !!!! Vous avez jusqu'à dimanche 6 novembre pour vous inscrire RDV dans le blabla

Partagez | 
 

 Le cheval en centre équestre, "exception" française ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Playdoh
poulinou
poulinou


Féminin Age : 29
Nombre de messages : 57

Localisation : Landes et Région parisienne

MessageSujet: Le cheval en centre équestre, "exception" française ?   Lun 2 Déc - 9:17

A la faveur de la polémique sur la TVA de la filière équine, une question qui me trottait dans la tête continue de faire son chemin. L'équitation en club est-telle née en France, ou est-elle spécialement française?

Je me demande comment la France se situe dans une perspective historique et géographique par rapport à ça (c'est intéressant il me semble de savoir comment un plaisir individuel se partage puis comment la somme de ces plaisirs individuels arrive à se transformer en pratique à plus large échelle, puis éventuellement en pratique professionnelle et en activité économique

Il y a quelques temps, je suis partie vivre en Nouvelle-Zélande pour quelques mois. Arrivée là-bas, j'ai constaté deux choses incroyables (en fait, beaucoup plus et à de nombreux égards, mais pas pour le sujet qui nous(?) m'intéresse: la première, les chevaux y sont partout (et jamais, ou très rarement en box). La deuxième: pas ou très peu de clubs.

J'ai rejoint une éleveur (éleveuse? éleveurE? rrr, je ne trouve jamais la bonne formule) de pur sang anglais en reconversion dans l'apprentissage de l'équitation classique aux jeunes enfants. Pas de qualifications particulières, pas de "brevet" de "Club" et pas non plus besoin pour moi de montrer mes "qualifications" (que je n'ai pas, au sens français) pour y donner quelques cours. Le cavalier européen y jouit directement d'un grand prestige, notamment parce que se passent en Europe beaucoup d'évènements très connus (les Néozed étant particulièrement friands de Complet, l'Europe = badminton = étoiles de pau et j'en passe ). J'ai donc montré patte blanche, fait un tour de carrière (bon, ok, deux ou six...) sur l'un de ses chevaux, et l'affaire était conclue : je venais monter "gratuitement" contre (c'est donc que ce n'est pas si gratuit) quelques cours et quelques coaching de ses cavaliers.

Le centre équestre existe, mais dans une formule assez différente: on y loue un cheval pour une période. Pas de carte, pas de "cette semaine j'aimerais teeeellement monter Coquelicot", pas de "cette semaine c'est du plat parce que c'est prévu dans le planning": on fait un peu comme on prévoit par rapport à ses propres objectifs et au programme fixé avec le coach. Souvent, on loue parce qu'on n'a pas les moyens d'acheter son propre ami équidé... et peut-être qu'au fil du temps on arrive à économiser, alors on achète un cheval et si l'on n'a pas de terrain, on se regroupe avec des amis sur une pâture d'un fermier ou d'un propriétaire terrien (et c'est très facile: avec à peine plus de 4 millions d'habitants sur un pays plus grand que le Royaume-Uni, l'espace ne manque pas!).

Voilà qu'en lisant le journal - en France, vendredi dernier - je découvre quelques éléments qui viennent préciser ma question. Dans Le Monde de vendredi dernier, une interview du Président du Groupement hippique national, qui nous dit:

"Il faut revenir au début des années 1980 et à la mutation que le milieu a connue. Jusqu'alors, l'équitation, avec ses origines militaires encore très marquées, était réservée plutôt aux notables et aux nantis. On a commencé à cette époque à trouver des gens qui avaient envie de développer une pédagogie active. (...) La France a été vraiment précurseur d'un système, qu'on pourrait résumer par la mutualisation du cheval : un équidé pour dix personnes. En Allemagne, par exemple, ça n'existe pas. On fait une initiation, puis on vend le cheval en pension. Chez nous, le système s'est dopé avec la création de ces poney-clubs." (voilà le lien de l'article, à lire vite, après ça devient payant:
http://www.lemonde.fr/sport/article/2013/11/29/equitaxe-on-est-des-agriculteurs-en-circuit-court_3522824_3242.html )

La "mutualisation du cheval". J'en suis restée bouche bée, c'est la première fois que j'entends/lis cela. Pourquoi mutualiser ? L'article ne le dit pas (ou bien je lis mal), il reste focalisé sur des questions fiscales - et j'ai du mal à croire que cela explique le besoin de mutualiser. Alors bien sûr, je me dis: pas de place, donc on cherche à faire une économie d'échelle avec un cheval (oui, je sais, c'est nul, mais ça illustre mon idée): un cheval, cinq cavalier; le coût du cheval réduit si on lui en attribue dix ... Mais, l'Allemagne ?! Eux non plus n'ont pas tant de place que ça, si ? Nous on l'aurait, la place, si on se calmait sur l'agriculture intensive, non?

Voilà, j'en appelle à votre savoir/expérience/idées/on-dit/j'ai-entendu-que à propos de cette question: le cheval en centre équestre est-il une "exception" française ?
Revenir en haut Aller en bas
yuna
cheval actif
cheval actif


Féminin Age : 30
Nombre de messages : 999

Localisation : brabant wallon, belgique

MessageSujet: Re: Le cheval en centre équestre, "exception" française ?   Lun 2 Déc - 13:10

Ce changement dont l'article parle, "la mutualisation du cheval" a permis de démocratiser l'équitation: ce n'est pas une question d'espace gagné, c'est une question de prix baissé: on a pu avoir des cours à moins de 15€ de l'heure, et toucher un public beaucoup plus large.

Pour l'Allemagne, j'y ai fait un peu d'équitation mais sur un cheval de propriétaire, dans une écurie privée. Ce que j'en retiens c'est que c'était très luxueux. J'ai plutôt mis ça sur le compte de la richesse de la famille d'accueil qui m'hébergeait que sur un standard d'enseignement.

En tout cas c'est une question intéressante ... et j'espère qu'on aura des retours de cavaliers ayant testé les clubs étrangers! Il faudrait aller voir sur les forums des pays frontaliers ce qu'ils en pensent!

Sinon en Belgique le système de centre équestre est le même qu'en France, sauf que ça s'appelle un "manège" et non pas un club.
Les chevaux vivent essentiellement au box, les prés sont plus rares qu'en France et en Allemagne car la densité de population est très élevée.
En revanche pour l'enseignement c'est très différent: l'accès à la profession n'est pas limité par un diplôme (ou alors tout le monde s'en moque?), et il est très courant d'avoir des profs indépendants qui se déplacent dans les écuries.
Par exemple là où je suis la gérante est officiellement monitrice, et donne des cours partout, mais ce n'est pas un club et la plupart des cavaliers font venir quelqu'un d'autre pour leur donner cours.

C'est pratique parce qu'on peut vraiment choisir le prof qui convient, en fonction de ses ambitions, de son budget, et choisir son écurie sans se soucier du prof.
C'est risqué parce qu'on peut trouver vraiment n'importe qui comme prof, je connais des cavaliers qui vendent leurs services et je me dis lol
Et évidemment c'est tout au black (la spécialité locale).











Revenir en haut Aller en bas
josette
cheval d'école
cheval d'école


Féminin Age : 39
Nombre de messages : 2538

Localisation : in ze uk

MessageSujet: Re: Le cheval en centre équestre, "exception" française ?   Lun 2 Déc - 14:04

Je vis en UK, proche de badminton (hum... a 3 km). Je n ai pas une grande experience, j ai vecu seulement la vie de CE dans un seul CE (hum en gros des CE y en a pas des masses) par contre, des proprio de chevaux... pfff y en a a la pelle ici!
En gros chaque personne que je connais a un membre de la famille ou un ami proche qui est dans les chevaux (voir qui a le BHS 1 - premier niveau d instruction officiel reconnu par la BHS - Bristish Horse Society - OU un diplome d etat appele UKCC avec spe equitation)
Le CE ou j ai commence a principalement des cehvaux de proprio en "working livery" sinon ca leur couterait les yeux de la tete... Il y a des regulation tres contraignantes, et je me souviens de mon instructeurs qui voulait faire du yard de ses parents (qui ont une ferme avec quelques installations, une outdoor arena, et plein de terre) un CE (dans le sens donner des cours a des personnes qui monteraient ses chevaux a lui) par defaut c etait un billet de 12000£ (pour 3 chevaux!). Y a des installations, health and safety requirement, les visites veto (obligatoire une fois par an pour s assurer que les chevaux en working livery soient bien soignes) etc etc. du coup il a abandonne et fait des cours a des proprios qui viennet avec leur propres chevaux, ou ils se deplacent chez les gens (tres tres communs ici)
Sinon ici en CE, il y a les cours collectifs, mais aussi et surtout les cours prives. Franchement ayant fait les deux, je prefere le prive ou semi prive (avec une ou deux autres personnes du meme niveau, ou par exemple une maman et sa fille/son garcon) en fonction du souhait. En general le cheval est choisi par l etudiant, mais pas toujours assure. Quand il y a chute/incident cela doit etre reporte: 1) dans le accident/incident book (legalement obligatoire- responsabilite du centre equestre) et 2) a la BHS par leur site web (responsabilite de l instructeur). Il m est arrive en france de prendre une ou deux lecons, et quand l un des cavalier tombait car le cheval faisait le con, le moniteur se foutait de la gueule du cavalier... ca m a perso choquer: ici c est tres serieux, surtout d un point de vue assurance... (ca peut foutre un centre equestre dans la mega m**** et se retrouver en bankroute) et surtout ca n est pas tolorer qu un cheval parte en vrille (il va etre immediatement mis hors travail et checker/reschooler si besoin - et de facon totalement correcte) et le bien etre du client est important.
Pour les autres proprios de chevaux, ont peut soit louer un box/paddock dans une pension de proprio avec serices (parfois obligatoires: i.e. la derniere ou l on etait, les chevaux ne pouvaient sortir en paddokc, l hiver, que la journee entre 8 heures du mat et 16 heures l apres midi... evidemment comme on travail encore a 16h il fallait demande au groom de les rentrer pour nous (~2£ par chevaux) et utilisation gratuite de l outdoor arena et du xc (sinon 100£ par box/mois)
cette pension etait tellement contraignante, que l on a demenger les chevaux dans une ferme. On paie la meme chose (100£): ils ont un mega grand champ (5 hectare, contre un paddock de m*** la ou ils etaient avant), le fermier est super sympa (ca change de la proprio schyso de la pension precedente) il nous met du foin au champ (il y a aussi 3 de ses anciennes juju). la paille et foin sont a la ferme car ils produisent eux meme. Par contre y a pas d arena: on a cependant la chance de pouvoir utiliser celle d une superbe propriete pour laquel le fermier et sa fille travail aussi, gratuitement, et on est les seuls a avoir le droit de l utiliser. cependant generalement parlant, y a des arenas a tous les coins de champs... sur les 5 kilometres autour de mon village, y a peut etre une 15 d arenas privees, certaines que l on peut louer.
Revenir en haut Aller en bas
Playdoh
poulinou
poulinou


Féminin Age : 29
Nombre de messages : 57

Localisation : Landes et Région parisienne

MessageSujet: Re: Le cheval en centre équestre, "exception" française ?   Lun 2 Déc - 21:45

Merci pour vos témoignages!
Je me souviens qu'à Bruxelles, mes amis francophones me parlaient de "manège", ça me faisait sourire...quant à la "spécialité locale" dont tu parles, yuna, je crois qu'elle est assez répandue en Europe.

C'est vraiment intéressant, je trouve, de confronter les pratiques. Que le Royaume-Uni soit si rigoureux sur les accidents par exemple, mais pas nous, je trouve ça surprenant finalement. Peut-être est-ce lié au poids des assurances au RU, plus influentes que nous? Et peut-être aussi à la tendance anglosaxonne à judiciariser le moindre pépin ? Je me demande si ça arrivera chez nous...

Quant aux normes professionnelles, tout aussi intéressant: comment construit-on les normes qui régissent la profession, avec quels standards et exige t-on leur application? La Belgique à l'air peace alors qu'en France c'est plus compliqué... et l'Union européenne, dans tout ça? Prochain facteur de l'harmonisation? ou simple reconnaissance mutuelle de la profession entre les Etats?
Revenir en haut Aller en bas
yuna
cheval actif
cheval actif


Féminin Age : 30
Nombre de messages : 999

Localisation : brabant wallon, belgique

MessageSujet: Re: Le cheval en centre équestre, "exception" française ?   Lun 2 Déc - 23:08

En fait en Belgique le chèque n'est pas utilisé donc tous les paiements se font en liquide ou par virement, dans les écuries c'est principalement en liquide donc très peu d'activités déclarées.
Côté sécurité en club, c'est aussi hasardeux qu'en France.
Revenir en haut Aller en bas
Peinture
Equin'éthique attitude!
Equin'éthique attitude!


Féminin Age : 29
Nombre de messages : 3248

Localisation : Près de Bordeaux

MessageSujet: Re: Le cheval en centre équestre, "exception" française ?   Mar 3 Déc - 10:29

Juste une petite parenthèse sur la sécurité : je l'ai appris il y a peu par une consoeur, mais normalement on est censé reporter chaque chute dans un cahier dédié, avec toutes les informations relatives à la chute + signature du cavalier (ou des parents si le cavalier est mineur).

Après faut pas se leurrer, on est ultra briefés sur la sécurité en formation BP, justement parce que maintenant ça part en sucette très vite au niveau des procédures.

Donc en gros (pour un moniteur pas diplômé s'entend, les pas diplômés sont en tort de toutes façons) si :
- le matériel n'est pas adapté (harnachement + zone de travail) /ou
- la cavalerie est mal adaptée /ou
- le dispositif est mal adapté au niveau des cavaliers

Là ça risque de ne pas être rigolo du tout, si vous avez un accident grave, on peut en arriver à fermer la structure voire aller en prison.

Pour vous donner une idée en examen pédagogique en fin de formation on est pénalisés si on laisse des taquets de barres sur les chandeliers "vides".
Après bien sûr chaque CE fait comme il l'entend, mais la règlementation est très stricte à ce niveau là.

Pour la qualité de l'enseignement et de la cavalerie à la française par contre je ne suis pas très convaincue. Parce que là pour ce que j'ai vu en formation LOL.

Pour la question principale, je n'ai pas d'autre point de comparaison que la France.
Revenir en haut Aller en bas
http://equitation-ethologique-gironde.jimdo.com/
amelie79
Jeune cheval
Jeune cheval


Féminin Age : 35
Nombre de messages : 133

Localisation : Niort

MessageSujet: Re: Le cheval en centre équestre, "exception" française ?   Mar 3 Déc - 10:54

Peinture a écrit:
Juste une petite parenthèse sur la sécurité : je l'ai appris il y a peu par une consoeur, mais normalement on est censé reporter chaque chute dans un cahier dédié, avec toutes les informations relatives à la chute + signature du cavalier (ou des parents si le cavalier est mineur).

C’est valable pour toute entreprise accueillant du public ou non
exemple a mon travail : en bureau sans accueil on a ce fameux cahier, dès que quelqu'un se blesse tombe même sur le parking si c'ets la factrice ont doit le noté
c’est par exemple pour se rendre compte a la fin d'année que le parking est trop glissant l'hiver, il faut le modifier,
qu'un porte et mal placer, .....
Mais aussi pour se rendre compte qu'une personne a souvent des malaises : bon dans une petite boite on le voit mais dans uen grosse boite avec beaucoup de tourn over dans un bureau on le voit pas si on le note pas

C'est le registre des accidents et incident
de meme qu'on doit avoir le registre des interventions
Revenir en haut Aller en bas
josette
cheval d'école
cheval d'école


Féminin Age : 39
Nombre de messages : 2538

Localisation : in ze uk

MessageSujet: Re: Le cheval en centre équestre, "exception" française ?   Mar 3 Déc - 12:51

Playdoh a écrit:
Merci pour vos témoignages!
Je me souviens qu'à Bruxelles, mes amis francophones me parlaient de "manège", ça me faisait sourire...
Pour la petite blague, qui moi me fait terriblement marrer, ici il appel ca un "menage" ahahaha! lost in translation!
Revenir en haut Aller en bas
josette
cheval d'école
cheval d'école


Féminin Age : 39
Nombre de messages : 2538

Localisation : in ze uk

MessageSujet: Re: Le cheval en centre équestre, "exception" française ?   Mar 3 Déc - 13:01

Peinture, merci pour l'info, je pense que bcp de CE s en contre fiche, comme on m a dit, "tomber fait partie de l apprentissage". Quand j ai dit a l instructeur (apres que la nana est fait un double salto apres le coup du cul de sa monture) que je ne le payais pas pour me vautrer du cheval, et que si je tombais, il allait pouvoir se brosser pour etre payer (il se foutait de ma gueule car j etais descendu de selle pour aider la cavaliere qui avait bien mordu la poussiere) la il a vachement moins rigoler...
Spoiler:
 
Pour info aussi, regle de securite ici, quand un cheval part en vrille en lesson, y a un code vocale, tout le monde dans l arena descend de sa monture... j avais jamais vu ca en france...
Revenir en haut Aller en bas
Playdoh
poulinou
poulinou


Féminin Age : 29
Nombre de messages : 57

Localisation : Landes et Région parisienne

MessageSujet: Re: Le cheval en centre équestre, "exception" française ?   Mar 3 Déc - 23:13

Non, la sécurité c'est effectivement pas un réflexe pris au sérieux d'un point de vue "collectif"... (autre question ouverte: y a t-il des questions qu'on prend collectivement au sérieux en fait?). Le coup du code vocal, c'est pas mal... et effectivement encore jamais rencontré.

Peinture, tout est dans le "mal adapté" et dans son appréciation: qui apprécie, selon quels critères? Pour le juriste, c'est du pain béni de genre de notions, ça se tord dans tous les sens...

En Nouvelle-Zélande, le droit est réduit à la portion congrue. Un petit exemple: il est rare, dans le domaine équestre, de rédiger un contrat de travail - et même le droit du travail est très maigre par rapport à ce qu'on connaît ici. Mais comme dans le triste exemple de josette (la vache, la machoire!!!), les gens paraissent un peu plus enclins (mais je fantasme peut-être complètement, là...) à prendre les problèmes à bras le corps, à...faire face, si on peut dire... de même que les cavaliers se sentent concernés/inquiets/curieux face à des chevaux qui partent en vrille: on parle, on cherche des solutions, on essaie de changer le mode de vie, on fait appel à des pros, bref: on réfléchit et on n'hésite pas à modifier le train-train.
Revenir en haut Aller en bas
Elise
Eléphant du forum


Féminin Age : 30
Nombre de messages : 14128

Localisation : 49

MessageSujet: Re: Le cheval en centre équestre, "exception" française ?   Mer 4 Déc - 11:05

Citation :
Le coup du code vocal, c'est pas mal... et effectivement encore jamais rencontré.
J'ai fais 14 ans de club en France et chaque fois qu'on avait un cheval ou poney qui commençait a faire des conneries tout les autres cavaliers devaient cesser leur exo et se mettre au milieu de la carrière ou du manège arrêté. Au niveau sécurité j'ai jamais eu de souci ou de mauvais souvenir dans mes clubs, ça n'était jamais pris à la légère.

Je rebondis la dessus parce que vraiment ça m'a choqué de voir de quelle façon vous le voyez. Et quant au registre des chutes lorsqu'on est encadrant, les clubs où j'ai fait ma formation ATE en avait et on a été très bien briefé dessus !

Quant à la question primaire, la mutualisation ce n'est pas une histoire de place, mais une histoire de mettre une pratique équestre à la porter de tous (à partir des enfants de 3 ans tout de même) il suffit de regarder la définition du mot "mutualiser".
Mais pourquoi ? Parce qu'au tout début des chevaux et de l'équitation, c'était purement militaire l'éducation équestre... donc pas du tout à la portée de tous, et c'était réservé à l'élite dans le sens gradé militaire, adulte, quelques centres militaires éparpillés sur la France... Quant à la pédagogie bah elle était aussi très militaire, les anciens cavaliers qui ont commencé par monter avec des dirigeants comme ça s'en souviennent encore !

Alors oui la France a fait quelque chose de bien en mutualisant cette équitation, en la transformant de militaire à ouverte à tous, en adaptant les pédagogies en fonction des cavaliers (on donne pas le même cours à un enfant de 4 ans et à un adulte qui veut faire du cso !). Je ne connais pas le fonctionnement des autres pays de l'Europe en matière d'équitation pour tous, mais on en entends assez peu parler, donc est-ce qu'en Allemagne on propose aussi des cours pour enfants, pour adultes ect... aucune idée.
Moi je connais juste un peu l'Espagne, et c'est aussi un pays de tradition équestre, donc chez eux aussi ça se mutualise, mais les petits Espagnols montent beaucoup moins à poneys que les Français. Il y a des clubs, des poneys, de l'équitation, mais ce n'est pas un des sports principaux et je crois que ça reste plus cher aussi

Voilà, j'espère que ça te donnera un peu quelques idées pour ta question.
Revenir en haut Aller en bas
http://retouraupre.wordpress.com/
Playdoh
poulinou
poulinou


Féminin Age : 29
Nombre de messages : 57

Localisation : Landes et Région parisienne

MessageSujet: Re: Le cheval en centre équestre, "exception" française ?   Mer 4 Déc - 11:19

Elise, merci de ta contribution.

Je n'essaie pas spécialement de noircir le tableau en ce qui concerne la sécurité, je te fais part de ce que j'ai vu. Pas plus tard que samedi dernier, une cavalière s'est pris le sabot d'une jument qui a rué sur le cheval qu'elle montait, en plein dans le mollet. La monitrice est venue voir que ses doigts de pieds bougeaient, c'était le cas, on a repris la séance parce qu'il fallait que la cavalière de la jument "rebelle", "mette une fessée" à cette dernière. Je ne sais pas s'il aurait fallu faire autre chose et je suis complètement pour laisser à l'enseignant le soin de juger. Je me doute bien qu'il y a une formation à ce sujet. Ce qui m'intéresse, c'est la réaction qui peut émerger collectivement (en l'occurence, elle était sur le mode de l'autorité) et les réflexes que l'on peut/devrait éventuellement avoir.

S'il suffit de regarder la définition du mot "mutualiser" alors j'y vais. Et au passage, je ne cherchais pas à sous-entendre que la France avait mal fait de mutualiser. Quand j'écris que j'en suis restée bouche-bée, c'est que cette formule m'était étrangère: j'avais plutôt entendu parler de démocratisation. C'est deux choses différentes pour moi: la mutualisation repose sur une notion de solidarité (ex: on mutualise des risques), la démocratisation renvoie plus à rendre plus accessible (comme ce dont tu parles, en fait). Bon, je retourne à mon dictionnaire alors.
Revenir en haut Aller en bas
Elise
Eléphant du forum


Féminin Age : 30
Nombre de messages : 14128

Localisation : 49

MessageSujet: Re: Le cheval en centre équestre, "exception" française ?   Mer 4 Déc - 11:25

Oui mutualiser à une connotation économique   le fait de mettre 10 cavaliers sur un cheval ça donne ça quoi.

Pour la sécurité et les risques encourus dans la pratique de ce sport, en effet il faut aussi que l'enseignant ne soit pas toujours en mode autorité. Ca reste un sport dangereux, mais chaque enseignant doit être formé aux premiers secours aussi pour ça. Un coup de pied ça ne demande pas forcément les pompiers à chaque fois
Revenir en haut Aller en bas
http://retouraupre.wordpress.com/
Playdoh
poulinou
poulinou


Féminin Age : 29
Nombre de messages : 57

Localisation : Landes et Région parisienne

MessageSujet: Re: Le cheval en centre équestre, "exception" française ?   Mer 4 Déc - 11:37

Ha, ha, mais non on n'a pas besoin des pompiers à chaque fois! Est-ce que j'ai dit ça? Heureusement qu'il y a une formation aux premiers secours - qui n'est pas forcément suivie en NZ, par exemple.

Si on remonte un peu plus haut dans la chaîne des réactions, on se rend compte que cette jument "rebelle" est considérée comme telle mais rien ne change spécialement - dans ses soins, son mode de vie, etc... La réaction à sa crise est simplement "remet toi en route comme les autres". C'est en ça que je disais plus haut que la réaction collective est autoritaire plutôt que d'entamer une remise en question plus générale.

J'ai vu ce genre de réaction peut-être plus fréquemment en NZ parce que le cheval y est un peu moins "standardisé" qu'en club (vu qu'il n'y a pas de club). Mais bien sûr, il ne faut pas généraliser, j'ai aussi connu des clubs en France où l'on n'hésitait pas à changer la routine du cheval "en colère" pour essayer d'améliorer la situation...
Revenir en haut Aller en bas
Elise
Eléphant du forum


Féminin Age : 30
Nombre de messages : 14128

Localisation : 49

MessageSujet: Re: Le cheval en centre équestre, "exception" française ?   Mer 4 Déc - 11:46

Ah en bien on est d'accord ! Razz  Je suis un peu dans le brouillard ce matin désolée (migraine et médoc ça donne la tête qui tourne lol)
Revenir en haut Aller en bas
http://retouraupre.wordpress.com/
Playdoh
poulinou
poulinou


Féminin Age : 29
Nombre de messages : 57

Localisation : Landes et Région parisienne

MessageSujet: Re: Le cheval en centre équestre, "exception" française ?   Mer 4 Déc - 11:54

Pas de soucis, ça me permet de nuancer mon propos aussi !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le cheval en centre équestre, "exception" française ?   Aujourd'hui à 3:27

Revenir en haut Aller en bas
 
Le cheval en centre équestre, "exception" française ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le cheval en centre équestre, "exception" française ?
» Centre équestre de Commercy ?
» centre équestre Alt'o Galop à miribel (26)
» Centre équestre de la Scie (Longueville-sur-Scie, 76) (FRA)
» Centre équestre la Syrah

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Equin'éthique :: Leur mode de vie :: Habitat/Alimentation/Gestion des pâtures-
Sauter vers: